Glissement du pouvoir économique global de l'Occident vers l'Asie

© 2011 AFP

— 

Le pouvoir effectif dans l'économie globale tend à glisser de plus en plus des pays occidentaux à l'Asie, alors que la reprise de la croissance se confirme, selon des analystes réunis mercredi au Forum économique mondial (WEF) de Davos (Suisse).

"Ce qui se produit en ce moment, c'est en fait un ralentissement des pays occidentaux et une croissance des pays émergents. C'est un changement complet dans le rapport de forces", a déclaré Azim Premji, président du fabricant indien de logiciels Wipro, lors d'une table-ronde au premier jour du Forum qui réunit les décideurs politiques et économiques mondiaux.

"Dans deux ans, l'économie des pays émergents sera égale voire légèrement plus importante que l'économie américaine", a déclaré le millliardaire indien.

Le plus haut représentant chinois au Fonds monétaire international (FMI) Zhu Min, a estimé de son côté que la reprise globale continue d'être surtout alimentée par les géants asiatiques que sont l'Inde et la Chine.

"Dans les marchés des pays émergents, je pense que la croissance est très forte. La Chine va finir avec une croissance d'environ 9 pour cent, l'Inde croîtra d'environ 8 pour cent", a déclaré l'ancien vice-gouverneur de la banque centrale chinoise.

La plupart des experts ont souligné lors du débat que l'économie globale était en meilleure santé que ce qu'ils avaient anticipé l'an dernier.

Même le professeur de l'université de New York, Nouriel Roubini, surnommé "Dr. Doom" (docteur catastrophe) pour ses prévisions pessimistes, a jugé que "le verre (était) à moitié vide et à moitié plein" avec des éléments positifs et des risques.

Parmi les risques, M. Roubini a mentionné la crise de la dette dans la zone euro et une hausse des prix des matières premières conduisant à des troubles sociaux dans certaines régions.

L'inégalité sociale dans les sociétés développées et sous-développées constituent une risque majeur, selon les analystes, en faisant allusion aux derniers développements en Afrique du Nord et au Moyen Orient.

"Cette accroissement des inégalités est le défi le plus sérieux pour le monde entier (....) Je ne pense pas que le monde lui a prêté suffisamment attention", a dit M. Zhu.

Martin Sorrell, directeur général de WPP, deuxième groupe de publicité dans le monde, a observé pour sa part qu'il n'y avait "pas seulement une évolution de l'ouest vers l'est, mais aussi de l'ouest vers le sud".

"Nous sommes dans la décennie de l'Amérique latine, avec le Brésil qui organise la Coupe du monde et les Jeux olympiques. Et en Asie, ce ne sont pas seulement l'Inde et la Chine, mais aussi des pays comme le Pakistan, le Bangladesh ou la Thaïlande", a-t-il souligné.