Record de visiteurs au Japon en 2010, mais la crise a ralenti la progression

© 2011 AFP

— 

Le Japon a accueilli quelque 8,61 millions de visiteurs en 2010, un nombre record, mais l'objectif de 10 millions fixé il y a plusieurs années n'a pas été atteint à cause de la crise de 2008-2009, selon les chiffres publiés mercredi par l'agence de tourisme (JNTO).

En 2009, le Japon n'avait été visité que par 6,8 millions d'étrangers, moins que l'année précédente, en raison de la récession internationale. Bien que le redémarrage ait permis une forte hausse en 2010, le trou de 2009 a empêché le Japon d'arriver aux 10 millions.

"Le total de 2010 marque une progression de 26,8% en un an, la deuxième plus forte augmentation en un demi-siècle après le boom de 1970 lié à l'Exposition universelle d'Osaka (ouest), a souligné l'organisme du tourisme japonais.

"Cela résulte de la reprise économique internationale qui a relancé la demande de voyage et des effets des campagnes de promotion du tourisme au Japon", a expliqué l'agence.

Par nationalités, ce sont toujours les sud-Coréens, avec 2,44 millions de personnes, qui ont été les plus nombreux à séjourner sur le territoire nippon en 2010.

Avec 1,41 million d'entrées recensées, jamais autant de Chinois n'ont visité le Japon, même si une forte baisse a terni la fin d'année en raison d'une grave querelle diplomatique provoquée par un incident naval entre les deux voisins en septembre.

En provenance d'Occident, quelque 727.000 Américains et 151.000 Français sont venus en voyage d'affaires ou séjour touristique au Japon en 2010, soit une progression respective de 4% et 7% sur un an.

Par ailleurs, quelque 16,64 millions de Japonais sont partis à l'étranger en 2010, soit 7,7% de plus que l'année précédente, a également précisé l'agence.

Le Japon, qui envie la France avec ses près de 75 millions de visiteurs enregistrés chaque année, s'était donné pour objectif d'accueillir 10 millions d'étrangers en 2010. Il se met au défi d'en recevoir 20 millions en 2020 et 30 millions dix ans plus tard, misant particulièrement sur l'augmentation du nombre de visiteurs chinois.

Les autorités, les commerces et services s'efforcent d'adapter leurs prestations à la clientèle étrangère, plus diversifiée et très différente des consommateurs japonais auxquels ils sont habitués.