Vol Rio-Paris: Air France a respecté les règles de sécurité

ACCIDENT Ce sont les conclusions d'une mission d'experts indépendants mandatée par la compagnie...

E.M. avec Reuters

— 

Ce lundi 8 juin, la marine brésilienne a récupéré le stabilisateur de vol de l'Airbus A330 Rio-Paris.
Ce lundi 8 juin, la marine brésilienne a récupéré le stabilisateur de vol de l'Airbus A330 Rio-Paris. — BRAZIL AIR FORCE

Les causes du crash du vol Rio-Paris restent encore à éclaircir. Mais une nouvelle enquête publiée lundi a conclut qu’Air France-KLM avait scrupuleusement suivi les règles de sécurité.

>> Retrouvez le diaporama de 20minutes.fr sur le crash de l'AF447

Réglementation en vigueur

Mandatée par la compagnie, cette mission d’experts indépendants «a souligné (...) qu'au cours de ses travaux, elle n'a relevé aucun écart de conformité par rapport à l'application des réglementations en vigueur», indique le groupe dans un communiqué.

Cette mission a été mise place six mois après l’accident du 1er juin 2009.  Huit experts internationaux ont passé en revue l'ensemble des pratiques au sein du groupe en matière de sécurité.

Leurs conclusions portent principalement sur «l'organisation de l'entreprise, sa culture et les comportements individuels des salariés, des managers et des syndicats», indique le communiqué d'Air France sans plus de précisions.

Recommandation

La mission a également formulé 35 recommandations afin d'améliorer la sécurité des vols, précise le communiqué.                                   

«La plupart des recommandations seront mises en œuvre rapidement selon un calendrier qui va maintenant être défini et suivi dans les instances concernées de l'entreprise», souligne Air France.

La compagnie a déjà mis en oeuvre des recommandations préliminaires de la mission d'experts en créant un comité de sécurité des vols et en lançant une campagne d'observations en vol.

Elle rappelle également qu'un comité mixte de propositions réunissant syndicats et direction et qu'un programme baptisé «Trajectoire» ont été créés afin d'améliorer la sécurité.

Epave de l’avion

L'enquête technique avait mis en évidence une défaillance des sondes Pitot de mesure de la vitesse de l'avion. Le Bureau d'enquêtes et analyses (BEA) a cependant estimé qu'elle n'était pas la cause principale dans la «chaîne d'événements» qui ont causé le crash du vol AF 447.

>> Retrouvez sur 20minutes.fr une chronologie de la bagarre de responsabilité autour de cet accident

Parallèlement à cette enquête technique, une instruction est en cours à Paris. L'épave de l'appareil n'a de son côté toujours pas été retrouvée et une nouvelle campagne de localisation doit être lancée en février.