Côte d'Ivoire: le gel des exportations provoque la flambée du prix du cacao

MONDE Le cours de la fève noir se rapproche de son plus haut niveau depuis trente ans...

E.M.

— 

Fèves de cacao en Côte d'Ivoire en 2002.
Fèves de cacao en Côte d'Ivoire en 2002. — LE MOINE MICHEL/SIPA

La crise politique en Côte d’Ivoire continue de peser sur les prix du cacao. La décision de ce week-end d’Alassane Ouattara d’interdire pendant un mois les exportations de la précieuse fève noire a  fait flamber les cours ce lundi. 

Envolée du cacao

De Londres à New-York, ils étaient en hausse de 6%, se rapprochant de leur plus haut niveau depuis trente ans.

A Abidjan, le géant de l'agroalimentaire Cargill a annoncé la suspension des achats de cacao ivoirien par sa filiale ivoirienne. «Nous avons arrêté les achats ce matin pour une période indéterminée. Il s'agit d'une décision de la direction», a déclaré à Reuters un responsable de l'entreprise.  Cargill achète environ 15% de la production de cacao de la Côte d'Ivoire, premier producteur mondial.

Prix en hausse de 160%

Mais l’explosion des cours de la fève noire ne date pas cependant de la crise politique ivoirienne.  En sept mois, les prix ont explosé de 160%.

Une hausse qui s’explique par des mauvaises récoltes ces dernières années alors que la demande grandit, poussée par l’appétit de l’Inde et de la Chine. Selon les dernières estimations révisées de l’Organisation internationale du cacao (ICCO), le déficit sur le marché mondial du cacao s’est ainsi creusé à 82.000 tonnes sur l’année 2009/2010.

Spéculation sur le cacao

Autre explication de cette augmentation: la spéculation accrue sur le marché de la fève brune.

En juillet dernier, l’investisseur britannique Anthony Ward, plus connu sous le nom de «Chocolate Finger», a par exemple acheté 240.100 tonnes de cacao, soit 7% de la production mondiale, 15% des stocks mondiaux et 25% des stocks européens.

L’objectif: raréfier l’offre pour faire grimper les prix. Une mission parfaitement réussie.