Contenus : Orange illustre la mue de sa stratégie en lorgnant Dailymotion

© 2011 AFP

— 

France Télécom/Orange a changé de stratégie dans les contenus, en privilégiant les partenariats, avec Canal+ dans la télévision et Deezer dans la musique, une logique qui devrait l'amener à devenir l'actionnaire de Dailymotion, champion français de la vidéo sur internet.

Mardi, le groupe devrait annoncer le rachat d'environ un tiers du capital du de Dailymotion, avec une option sur le restant du capital, selon des informations de L'Express, que ni Orange, ni Dailymotion n'ont souhaité commenter.

L'opération valorise entre 120 et 150 millions d'euros le petit poucet français, qui affiche un chiffre d'affaires 2010 de 18 millions d'euros, contre plus de 300 millions pour le géant YouTube (Google).

L'acquisition est une nouvelle illustration de la nouvelle stratégie mise en place par Orange depuis l'été dernier : passer à une "logique de partenariats tous azimuts", selon les mots du directeur général, Stéphane Richard, à l'origine de ce repositionnement.

Le groupe, qui s'était lancé à grands frais dans la télévision en 2008, abandonne "l'édition en propre" pour s'associer avec des groupes "dont c'est le métier". "Cela va nous permettre de voir beaucoup plus large en matière de type de contenus proposés : télévision, musique, jeux, vidéo, presse", avait-il argué la semaine dernière.

"Il y a aujourd'hui une explosion de la consommation des contenus sur tous les réseaux et l'ensemble des écrans" et il faut donc que France Télécom se recentre sur "les défis technologiques", les réseaux, et la distribution sur des plate-formes de plus en plus diverses (PC, téléphones portables, tablettes numériques, téléviseurs), avait expliqué Stéphane Richard.

France Télécom a ainsi pris, dès le mois d'août, une participation de 11% dans le site de musique en ligne Deezer, dont l'offre "Premium" est commercialisée en option à des tarifs préférentiels pour ses abonnés mobiles et internet.

Plus de 500.000 clients y ont souscrit depuis, soit bien plus que l'objectif (200.000) que s'était fixé Orange, qui compte étendre l'offre à d'autres pays où il est présent.

Le directeur des contenus de l'opérateur, Xavier Couture, a aussi réussi à trouver un partenaire pour ses chaînes de télévision consacrées aux cinéma et aux séries : Canal+, qui fusionnera sa chaîne phare, TPS Star, avec ces antennes au sein d'une coentreprise détenue à parité.

L'aventure de France Télécom dans la télévision avait en effet rapidement montré ses limites : même si elles ont conquis près de 800.000 abonnés, Orange Cinéma Séries et Orange Sport ont failli à leur mission première, à savoir attirer de nouveaux clients vers les offres internet de l'opérateur historique.

Le groupe, qui avait un temps été le concurrent acharné de Canal+ et remporté une partie des droits de diffusion des matchs de la Ligue 1 de football, cherche aussi à se désengager de ses chaînes sportives, lourdement déficitaires.

Plusieurs repreneurs potentiels se sont présentés, et Stéphane Richard entend "régler ce dossier" d'ici fin 2011. Il a d'ores et déjà prévenu que France Télécom ne sera pas candidat pour les droits de la Ligue 1 après 2012 (il avait déboursé 203 millions d'euros en 2008).

Le revirement d'Orange dans les contenus intervient alors même que de l'autre côté de l'Atlantique, l'opérateur Comcast, géant du câble aux Etats-Unis, a pris la direction inverse : il va avaler NBC Universal, mastodonte mondial des médias et du divertissement, pour lequel il débourse 30 milliards de dollars.