Déficitaires, les chaînes TV payantes cinéma d'Orange et TPS Star fusionnent

© 2011 AFP

— 

Lourdement déficitaires, les chaînes de télévision payantes spécialisées dans le cinéma et les séries d'Orange, et la chaîne TPS Star, vont fusionner en 2011 grâce à un partenariat entre France Télécom et Canal+ qui enterrent la hache de guerre.

L'opérateur historique des télécoms et le groupe de télévision à péage ont annoncé mercredi leur projet de créer une "nouvelle chaîne vitrine" réunissant la chaîne phare d'Orange, Ciné Max, et TPS Star.

Baptisée "Orange Ciné Star", elle devrait apparaître sur les écrans en fin d'année et "sera distribuée sur un maximum de plate-formes", via la box internet, le satellite, mais aussi la TNT payante, a expliqué le directeur général de France Télécom, Stéphane Richard, lors d'une conférence de presse.

Les quatre autres chaînes d'Orange - Ciné choc (films d'action), Ciné novo (cinéma d'auteur), Ciné géants (classiques) et Ciné happy (films familiaux) - continueront d'être diffusées dans ce cadre.

Axée sur les séries et le cinéma, et proposant des programmes "de premières exclusivité", Orange Ciné Star a pour "objectif de faire mieux que ce que nous faisons aujourd'hui", a assuré Bertrand Méheut, président du groupe Canal+, à cette même conférence de presse.

Elle devrait coûter "10 à 15 euros par mois", soit moins que l'offre actuelle de TPS Star (19 euros), et "pas beaucoup plus" que l'offre actuelle d'Orange, facturée 12 euros par mois, selon Stéphane Richard.

Réunissant près de 1,1 million d'abonnés (600.000 pour TPS Star et 495.000 pour Orange Cinéma Séries), les deux stations sont aujourd'hui lourdement déficitaires : les cinq chaînes d'Orange perdent "plusieurs dizaines de millions d'euros chaque année", selon Stéphane Richard et les pertes de TPS Star sont "significatives", a reconnu Bertrand Méheut.

La fusion devrait permettre aux deux groupes de réduire drastiquement leurs investissements. Ils comptent en effet investir annuellement 100 millions d'euros dans l'achat de programmes pour la nouvelle chaîne. Or, aujourd'hui, TPS Star investit 80 millions d'euros de son côté, et Orange Cinéma Séries 100 millions d'euros, de l'autre.

"C'est clair qu'en partant d'une base d'abonnés plus importante tout en élargissant le bassin de diffusion, on va considérablement augmenter nos chances d'arriver à l'équilibre dans un délai raisonnable", a estimé Stéphane Richard.

Les nouvelles chaînes seront gérées par une coentreprise détenue à parts égales (50/50) par France Télécom/Orange et Canal+, qui devrait reprendre l'ensemble des employés des deux chaînes.

"Cela risque de prendre quelques mois", a toutefois souligné Stéphane Richard, précisant qu'il fallait encore informer les instances représentatives du personnel, et obtenir l'aval des autorités de la concurrence française et européenne.

France Télécom, qui cherche depuis l'été 2010 des "partenaires" pour ses chaînes de télévision lancées en 2008, avait suscité l'ire de Canal+ qui s'était senti menacé dans son pré carré. Les deux groupes devenus concurrents s'étaient ensuite chamaillés devant les tribunaux, à l'Autorité de la concurrence, et dans les médias.

"Il est vrai qu'à un moment ... nous étions en concurrence sur l'acquisiton de droits (sportifs notamment), en concurrence sur l'édition de chaînes et en matière de distribution (...) mais je pense que ceci est le passé", a voulu rassurer Bertrand Méheut.

"C'est vrai que quand on est dans des situations de concurrence frontale, ça peut parfois conduire à un certain emportement (...) La guerre picrocholine entre Orange et Canal+, ça été amusant quelque temps, mais ce n'est plus une priorité", a abondé Stéphane Richard.