Plus de 270 millions d'euros de bénéfices pour Facebook

INTERNET Mais le mystère reste entier sur la manière dont l'entreprise gagne de l'argent...

E.M.
— 
Facebook, valorisé à 50 milliards de dollars, le 3 janvier 2011.
Facebook, valorisé à 50 milliards de dollars, le 3 janvier 2011. — PHOTOMONTAGE/20MINUTES.FR/DR

Le secret des comptes de Facebook est l’un des mieux gardés de la planète financière. Mais les dernières levées de fonds de la société ont pour la première fois révélé quelques informations chiffrées.

273 millions d’euros de bénéfices

Facebook a ainsi affiché un chiffre d’affaires de 1,2 milliard de dollars sur les neuf premiers mois de 2010 ainsi qu’un bénéfice net de 355 millions de dollars, d’après des documents communiqués de Goldman Sachs à ses clients.

Et ces montants devraient encore progresser. «On pourrait soutenir qu'ils vont sans doute faire plus de 800 millions de dollars et sans doute près d'un milliard», estime Ryan Jacob, du Jacob Internet Fund, qui estime que «ce genre d'affaire peut dégager, potentiellement, une marge d'exploitation de 30% à 40%».

Mystérieux business model

Peu de détails ont cependant été fournis sur la manière dont Facebook a gagné tout cet argent. 

Ces informations financières ont été envoyées aux clients privés de Goldman Sachs intéressés par un achat d’actions Facebook, alors que le site n’est toujours pas coté en Bourse.

>>Comment Facebook flirte avec la Bourse, à venir sur 20minutes.fr

La banque d’affaires a récemment investi 450 millions de dollars dans le réseau social. Elle s’est aussi engagée à lever pour 1,5 milliard de dollars de fonds auprès de ses clients privés les plus fortunés. Ces derniers ont jusqu'à vendredi pour envoyer une promesse d'achat de titres Facebook et jusqu'à mardi prochain pour virer les fonds à la banque.

Arrivée en Bourse en 2012?

Cette opération a relancé les spéculations autour d’une entrée en Bourse du réseau social. Selon le document envoyé, Facebook devrait dépasser les 500 actionnaires cette année.

Une situation qui l’obligerait selon le droit boursier américain à diffuser à partir d'avril 2012 des informations publiques sur ses performances financières, de la même manière que les entreprises cotées.