Pourquoi le prix de l'eau a-t-il augmenté?

CONSOMMATION L'assainissement des eaux usées a notamment fait grimper les prix...

Thibaut Schepman

— 

Photo réalisée le 19 novembre 2008 à Paris de l'eau   d'un robinet coulant dans un évier. Paris va remunicipaliser le service  de distribution d'eau potable de la ville, privatisé en 1984 par Jacques  Chirac et aujourd'hui gérée par Veolia (rive droite) et Suez (rive  gauche), conformément à une promesse de campagne du maire socialiste  Bertrand Delanoë,  a expliqué ce jour la première adjointe Anne Hidalgo,  présentant la décision qui sera soumise lundi au Conseil de Paris.
Photo réalisée le 19 novembre 2008 à Paris de l'eau d'un robinet coulant dans un évier. Paris va remunicipaliser le service de distribution d'eau potable de la ville, privatisé en 1984 par Jacques Chirac et aujourd'hui gérée par Veolia (rive droite) et Suez (rive gauche), conformément à une promesse de campagne du maire socialiste Bertrand Delanoë, a expliqué ce jour la première adjointe Anne Hidalgo, présentant la décision qui sera soumise lundi au Conseil de Paris. — AFP PHOTO ERIC PIERMONT

Entre 2004 et 2008, le prix de l’eau a augmenté de 3,3% par an, plus rapidement que l’inflation, révèle mercredi une enquête de l'Observatoire des services publics d'eau et d'assainissement. La facture d’eau domestique en 2008 s’élève aujourd’hui à 183 euros par personne et par an. C’est huit euros de plus qu’en 2004, alors que la consommation a elle baissé de 2% par an, à environ 150 litres d’eau par personne et par jour. Pourquoi cette augmentation?

Cher assainissement

C’est le coût de l’assainissement qui a le plus pesé. Car le tarif de l’eau dépend autant du coût de son acheminement jusqu’à votre robinet que de celui de son traitement a posteriori. «La part de l'assainissement (53 % en 2008) dans le prix de l'eau dépasse à présent celle de l'eau potable», explique même le rapport.

Or de nouvelles normes sont exigées pour ce traitement, ce qui a nécessité de coûteux travaux de modernisation. De plus, près de 2 millions de logements supplémentaires ont été raccordés au réseau de collecte entre 2004 et 2008. Un raccordement également coûteux, explique le rapport.

La baisse de la consommation a aussi contribué à cette hausse dans de nombreuses communes. En effet, tandis que la consommation baissait, le coût des installations de production et l’assainissement de l’eau est lui resté le même, si bien que le coût unitaire du litre d’eau a augmenté.

Disparités entre communes

C’est encore cet assainissement qui explique les disparités entre les communes. Ainsi les prix sont plus élevés dans les communes où les investissements et travaux de mise aux normes sont les plus récents.

«Les départements de la Réunion, la Guyane, les Alpes-de-Haute-Provence, l’Ain, le Cantal et le Jura présentent un prix inférieur en moyenne à 2,50 euros par m3, tandis que les prix supérieurs à 4 euros par m3 se trouvent en Seine-et-Marne, dans les départements bretons, la Manche, en Vendée, Guadeloupe et Martinique», indique le rapport, ajoutant que des différences en terme de disponibilité de la ressource en eau et de longueur des réseaux de distribution d’eau pèsent également sur les variations de prix.

Moins de différences entre public et privé

L’eau coûte toujours plus cher lorsqu’elle est gérée par une régie publique que lorsqu’elle est déléguée à une entreprise privée. Mais l’écart s’est réduit de 67 centimes d’euros par mètre cube d’eau en 2004 à 57 centimes en 2008. Probablement parce que les délégations avaient réalisé leurs investissement plus tôt, tandis que les régies ont plutôt investi entre 2004 et 2008, analyse le PDG de Suez Environnement, Jean-Louis Chaussad, interrogé par Les Echos. Et Béatrice Arbelot, déléguée générale de le la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau (FPEE) ajoute que «les communes délèguent au privé les services aux conditions les plus complexes (eaux polluées, contraintes de rejets des eaux usées, etc.), d'où des coûts, donc des tarifs, supérieurs aux régies».