La Cnaf et Pôle emploi versent la prime de Noël aux plus pauvres

© 2010 AFP

— 

Près de deux millions de bénéficiaires de minima sociaux ont touché en décembre une prime de Noël d'au moins 152 euros et pouvant atteindre plusieurs centaines d'euros en cas de famille nombreuse, pour un montant total de 377 millions, a-t-on appris vendredi auprès du ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale. Les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) ont touché une prime de la Caisse Nationale d'Allocations familiales (Cnaf) qui est augmentée en fonction du nombre de personnes composant le foyer familial.

Ainsi une personne seule touchant le RSA a reçu une prime de Noël de 152,45 euros, un foyer de deux personnes (un couple ou un parent et un enfant) 228,67 euros, un foyer de trois personnes (un couple et un enfant ou un parent et deux enfants) 274,41 euros. A partir de quatre personnes, la Cnaf fait la différence entre un foyer avec un parent élevant trois enfants pour lequel elle verse 335,39 euros et un foyer d'un couple et deux enfants qui touchera 320,14 euros.

Les bénéficiaires de l'ASS touchent aussi la prime

Un foyer de six personnes a touché respectivement 457,35 euros (un parent et 5 enfants) ou 442,10 euros (un couple et 4 enfants). Pour chaque personne supplémentaire a été versée la somme de 60,98 euros. Les bénéficiaires de l'Allocation de solidarité spécifique (ASS), distribuée par Pôle Emploi aux personnes n'ayant plus droit aux allocations de chômage et qui rencontrent de grandes difficultés à retrouver un emploi, ont eux aussi touché la prime de Noël.

Mais à la différence du RSA, qui est une prestation familiale, l'ASS est une prestation individualisée et ne tient donc pas compte du nombre de personnes du foyer. La prime de Noël est donc aussi individualisée et s'élève à 152,45 euros. Pour les bénéficiaires de l'ASS ayant plus de 55 ans et plus de 20 ans d'activité, ou plus de 57 ans et dix ans d'activité, la prime a atteint 219,53 euros.

Le montant de la prime de Noël est le même que l'an dernier. C'est le gouvernement socialiste de Lionel Jospin qui avait institué la prime de Noël en 1998, sous la pression de mouvements de chômeurs, qui réclament depuis des années qu'elle soit sensiblement augmentée et que le champ de ses bénéficiaires soit élargi.