Avec les intempéries, le sel de déneigement à flux tendu

© 2010 AFP

— 

Avec l'arrivée précoce de l'hiver, le sel de déneigement a mérité son surnom d'"or blanc", tant l'offre peine à répondre à la demande, avec les les petites communes qui s'estiment délaissées.

A Ecrouves, bourgade lorraine située entre Nancy et Metz, le maire Roger Sillaire dénonce une situation "inadmissible" car il est contraint, pour déneiger les rues, d'acheter au prix fort (170 euros la tonne) du sel conditionné en sac de 500 kilos. Le sel en vrac, beaucoup moins cher (75,50 euros la tonne), n'est plus disponible car il a été réquisitionné par le préfet pour déneiger les grands axes et les aéroports, tempête le maire.

La préfecture de la zone de défense Nord-Est confirme qu'il existe trois niveaux de priorités: le réseau routier, les conseils généraux et grandes agglomérations, puis les communes.

"L'établissement de ces priorités n'a pas pour but d'interdire les livraisons aux conseils généraux et communes mais de diriger la ressource disponible et limitée vers les axes majeurs, dans une finalité d'intérêt général", précisent les services de l'Etat.

La préfecture conseille en outre aux communes d'"acheter du sel en été, quand il est moins cher, et de le stocker".

La question des stocks se pose avec d'autant plus d'acuité que, dans plusieurs régions de France, des collectivités interrogées par l'AFP ont fait part de difficultés d'approvisionnement.

Ainsi à Roubaix, dans l'agglomération lilloise, la ville est confrontée à une pénurie de sel, et n'a pas été livrée depuis le début du mois, selon la mairie. En proie à un "verglas généralisé" vendredi matin, la ville a épandu du sable, ce qui n'est bon "ni pour les chaussées, ni pour les égouts".

En six semaines, 250 tonnes de sel ont été épandues, contre 350 tonnes pour la totalité de la période hivernale l'année dernière. La mairie a cependant "bon espoir" de pouvoir acheter quelques tonnes de sel en début de semaine prochaine.

D'autres collectivités refusent pour l'heure de parler de "pénurie", mais évoquent une situation "tendue". C'est le cas dans les Ardennes, où la consommation de sel a atteint le week-end dernier 20% de la consommation d'un hiver habituel.

Cela représente des "coûts colossaux", a expliqué à l'AFP Sylvain Seigneur, directeur des routes au conseil général. Depuis le début de la saison, plus de 7.000 tonnes ont été consommées, soit une somme de 650 à 700.000 euros, a-t-il précisé.

Pour économiser le sel autant que possible, les routes secondaires sont traitées dans un premier temps avec du sable, qui ne fait pas fondre la neige mais permet d'avoir de l'adhérence sur les routes, puis avec du sel "quand on sait qu'il ne va pas reneiger par dessus", selon M. Seigneur.

D'autres régions s'affirment mieux à même de faire face aux intempéries: ainsi dans l'Orne, département normand particulièrement touché par les chutes de neige et le verglas ces derniers jours, le conseil général a confirmé qu'il s'est réapprovisionné en sel, et qu'il peut tenir plusieurs jours.

Dans les Alpes, où les vacanciers prennent la route de stations de ski, la situation semble également sous contrôle. L'Isère a ainsi prévu 48 points de stockage pour une capacité de 6.000 tonnes de sel.

"Nous nous sommes organisés, et il n'y a à ce jour aucune problématique particulière à signaler", a précisé Marie-Pierre Fléchon, de la direction des routes au conseil général de l'Isère.

En Savoie, "les stocks sont très largement suffisants", selon la préfecture. "Nous restons néanmoins vigilants sur l'état des stocks, d'autant que la demande est forte à l'heure actuelle", a précisé Colette Longas, chef de district à la Direction interdépartementale des routes Centre-Est.