Les épisodes qui ont marqué l'année économique: Très chères matières premières

MARCHÉS r, pétrole, cacao ont grimpé toute l’année...

Thibaut Schepman

— 

Fèves de cacao en Equateur.
Fèves de cacao en Equateur. — LYDIE/SIPA

Les mauvaises conditions climatiques, la baisse des stocks de pétrole et la spéculation ont fait remonter les cours des matières premières. Le point sur trois valeurs dont les prix montent… et qui pourraient peser sur les prix à la consommation en 2011.     

Le pétrole au-dessus des 90 dollars

Le pétrole brut vaut aujourd’hui plus de 90 dollars, soit autant qu’en octobre 2008. Cette augmentation a immédiatement était répercutée à la pompe, où les prix ont atteint leur plus haut niveau depuis deux ans . Un litre de gazole se vend en moyenne plus de 1,20 euro, selon la Direction générale de l'Énergie et du Climat (DGEC). Et la tendance à la hausse pourrait se maintenir en 2010


>>Pourquoi le prix du baril risque (encore) d’augmenter de 20 dollars en 2011...

Mouvements spectaculaires et spéculation sur le cacao

En 2010, les prix du cacao ont fait du yoyo. A 2.300 livres la tonne en janvier, il s’échangeait à 2.700 livres en juillet avant de retomber à 1800 livres en septembre. En cause, la spéculation. Profitant de tensions et de sécheresses dans plusieurs pays producteurs, beaucoup ont parié à la hausse sur le prix du cacao. L’un deux, surnommé «Chocolate Finger», fait même flamber les cours en achetant 240.100 tonnes de cacao sur le marché londonien pour 1 milliard de dollars, soit 15% des stocks mondiaux. L’idée est simple: en raréfiant les stocks disponibles, il réussit à faire grimper les prix, et à s’enrichir. L'association Word development movement s’est bien sur indignée de ces investisseurs  «qui font des paris et des profits sur la nourriture, entraînant une inflation et une hausse de la faim dans le monde».

Le blé coûte cher

Echangé à 784 dollars le boisseau, le prix du blé se rapproche de son record historique de 789 dollars atteint en aout dernier. En cause, les mauvaises conditions météorologiques dans plusieurs pays producteurs qui font anticiper aux acheteurs une baisse des stocks dans les mois à venir. Aux Etats-Unis, c’est la sécheresse qui menace, tandis que des pluies diluviennes gênent la récolte australienne.

Le prix de la baguette va-t-il s’en ressentir? Le coût du blé représente moins de 5% du prix final du pain. «La répercussion mécanique de chaque hausse de 30 euros/tonne de blé se traduit par un centime d’euro sur le prix de la baguette», explique l’association nationale de la meunerie française . Pas de hausse massive à venir sur les étals des boulangeries, donc.

Hausse du cuivre, record depuis 30 ans pour l’argent

Une tonne de cuivre s’échange aujourd’hui à plus de 9.400 dollars la tonne sur le London Metal Exchange. Depuis le début de l’année, la hausse s’élève à 34% pour ce métal très employé dans l'électronique et la construction. En cause, la forte croissance de ces deux industries, qui devrait mener la consommation de cuivre à dépasser de 400.000 tonnes la production en 2011 et faire augmenter les prix à la consommation.

La spéculation n’est pas étrangère à cette hausse. Le Daily Telegraph a révélé en novembre que la banque JPMorgan a acheté plus de la moitié des 350.000 tonnes de réserves de cuivre du London Metal Exchange. Plusieurs autres métaux suivent cette nette hausse, notamment les valeurs minières. L’argent a enfin touché un plus haut de 30 ans, sous l'effet de la demande en hausse de l'Inde, premier importateur mondial de ce métal.