Les courses de Noël freinées par la neige

CONSOMMATION Les intempéries pèsent sur la fréquentation des magasins...

© 2010 AFP

— 

Illustration/ Un magasins de jouets parisien.
Illustration/ Un magasins de jouets parisien. — I. SIMON / SIPA

Ces derniers jours devaient être le point d’orgue des courses de Noël pour les Français. Mais les intempéries et les consignes de prudence pour les automobilistes ont affecté de nombreux magasins.

L’interdiction de circulation des poids-lourds posait de l’autre côté des problèmes d'approvisionnement.

>> Le point de 20minutes.fr sur les perturbations dans les transports

«Le samedi le plus important de l'année»

 «L'impact est assez négatif, parce que les clients ne viennent pas jusqu'à nous», a indiqué à l'AFP Gérard Atlan, président du Conseil du commerce de France, qui regroupe 40 organisations professionnelles, représentant 120 fédérations du commerce.

«On a de grosses difficultés de circulation pour nos clients, on a de grosses difficultés d'approvisionnement de marchandises», a-t-il ajouté. Il espère toutefois que les quelques jours qui restent avant Noël permettent d' «amoindrir les pertes de chiffres d'affaires constatées ce week-end», sans pouvoir les chiffrer.

«C'était le samedi le plus important de l'année qu'on n'a pas réalisé», a-t-il souligné.

Centres commerciaux en berne

«Il y a eu des achats qui ne se sont pas effectués ce week-end, et en plus on commence à avoir des problèmes d'approvisionnement des magasins», a renchéri Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil national des Centres commerciaux.

Les centres commerciaux non joignables en transport en commun «sont évidemment ceux qui ont le plus souffert», a-t-il précisé.

«Ce devait être le plus gros week-end» avant Noël pour les commerçants, «il faut espérer que les gens reporteront leurs achats, mais ça tombe vraiment très mal», a-t-il dit, estimant que les centres commerciaux, qui avaient pris un peu d'avance, ont dû la perdre ce week-end.

Manque à gagner

Au Printemps Haussmann à Paris, après un samedi «exceptionnel», la fréquentation a pâti des intempéries dimanche matin, a indiqué à l'AFP le directeur du grand magasin, Pierre Pellarey.

«Cela se traduit davantage en manque à gagner pour nous qu'en perte d'activité par rapport à l'année précédente», a-t-il indiqué. «Je pense qu'on aurait fait 10 à 12% de progression par rapport à l'année précédente s'il n'y avait pas eu les intempéries, à la fois en chiffre d'affaires et en fréquentation», a-t-il précisé.