Le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux dégage peu d'économies

FONCTION PUBLIQUE C'est le secrétaire d'État à la Fonction publique, Georges Tron, qui le dit...

Thibaut Schepman

— 

Le secrétaire d'Etat à la fonction publique Georges Tron, arrive à l'Elysée le 17 novembre 2010.
Le secrétaire d'Etat à la fonction publique Georges Tron, arrive à l'Elysée le 17 novembre 2010. — AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE

«Plus de 70% des sommes économisées […] ont été reversées sous forme de mesures catégorielles.» C’est le bilan qu’a dressé Georges Tron, le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, lors de son intervention au Sénat jeudi dernier.

31.638 postes supprimés

Selon le calcul des Echos dans son édition de lundi, les sommes reversées s’élèvent donc à 700 millions d’euros, contre 430 millions prévus. Ce qui porte le gain rapporté par la suppression de 31.638 postes à une centaine de millions d’euros. La faute aux hausses de salaire dans la police et la gendarmerie, mais aussi et surtout aux heures supplémentaires dans l’Education nationale «qui augmentent pour compenser les manques d’effectifs», souligne Les Echos.