Le Qatar veut investir durablement en Allemagne

© 2010 AFP

— 

Le Qatar, déjà grand actionnaire du groupe de BTP Hochtief et du constructeur Volkswagen, «n'en est qu'au début en Allemagne», a déclaré au Financial Times Deutschland de vendredi le ministre de l'Economie de l'Etat du Golfe, Youssef Hussein Kamal.

«Nous n'en sommes qu'au début en Allemagne», a-t-il assuré au quotidien économique, indiquant «avoir déjà entrepris des négociations avec de petites et moyennes entreprises allemandes». Le ministre avait rencontré mercredi son homologue allemand à Berlin.

Gros contrats en vue du Mondial 2022

Jusqu'ici, le Qatar a fait parler de lui en entrant plutôt au capital de grandes entreprises: Volkswagen, à hauteur de 17%, et plus récemment Hochtief, dont il a pris quelque 9%, ce qui le place en position d'arbitre face à une OPA hostile du groupe espagnol ACS sur le numéro un allemand du BTP.

Selon le Financial Times Deutschland, qui ne s'appuie toutefois pas sur une citation, Youssef Hussein Kamal aurait également évoqué une entrée au capital de l'éditeur de logiciels SAP.

Le ministre de l'Economie du Qatar a aussi fait miroiter de gros contrats en vue du Mondial 2022 de football, que doit organiser l'émirat et qui nécessitera de très lourds investissements.

Un accord de «double imposition»

«Nous devons tout importer, y compris le BTP. C'est une chance pour les entreprises allemandes», a-t-il estimé.
Selon un porte-parole du ministère allemand des Finances interrogé par l'AFP, les discussions mercredi ont également porté sur «un accord de double imposition».

A en croire le quotidien Handelsblatt, l'Etat du Golfe souhaite que les impôts générés par les grands chantiers d'entreprises allemandes sur son sol lui reviennent, et que ses propres investissements en Allemagne soient aussi peu taxés que possible.