La Banque centrale européenne pourrait être renflouée

EUROPE La BCE a beaucoup dépensé pour calmer la crise de l’euro...

T.S avec Reuters

— 

Jean-Claude Trichet, président de la banque centrale européenne (BCE) lors d'une conférence de presse à Francfort (Allemagne) le 2 décembre 2010
Jean-Claude Trichet, président de la banque centrale européenne (BCE) lors d'une conférence de presse à Francfort (Allemagne) le 2 décembre 2010 — AFP PHOTO / ARNE DEDERT

La Banque centrale européenne (BCE) envisage de demander une augmentation de son capital aux pays membres de la zone euro, a-t-on déclaré à Reuters de sources proches de la BCE. L'une d'entre elles a précisé que l'une des options sur la table était le doublement du capital de la BCE, qui, selon les sources, s'inquiète des pertes potentielles liées aux achats d'obligations auxquels elle procède depuis le mois de mai.

La BCE avait décidé de procéder à ce type de rachats après le plan de sauvetage établi par la Grèce. Les montants hebdomadaires achetés atteignent ces semaines des niveaux jamais vu depuis le mois de juin dans un contexte de plan d'aide à l'Irlande, deuxième pays membre de la zone qui a dû faire appel à une assistance extérieure.

72 milliards d’euros dépensés depuis mai

L'Allemagne a apporté mardi son soutien à une éventuelle augmentation de capital de la Banque centrale européenne. «Si une telle requête est formulée, nous la jugerons positivement», a déclaré un responsable gouvernemental allemand lors d'un point presse avant le Conseil européen de jeudi et vendredi. «Je n'écarte pas que M. (Jean-Claude) Trichet aborde ce sujet lors du dîner (de jeudi)», a-t-il ajouté, à propos du président de la BCE.

Depuis le mois de mai, la BCE a acheté pour 72 milliards d'euros d'obligations émises par des Etats de la zone euro dans le cadre de la lutte de l'Union européenne, avec l'aide du Fonds monétaire international, contre la crise de la dette souveraine.          

Acheter d’autres obligations

Interrogé sur les motivations qui pourraient amener la BCE à demander une augmentation de capital, le responsable gouvernemental allemand a répondu: «J'imagine que la BCE espèrerait renforcer ses fondations afin de montrer aux marchés qu'elle est bien capitalisée si, par exemple, elle voulait acheter d'autres obligations souveraines.» Ces déclarations tranchent avec celles d'Axel Weber, gouverneur de la Bundesbank et membre du Conseil des gouverneurs de la BCE.

Les marchés suivent de très près les décisions de la BCE et des responsables européens au sujet des achats de titres de dette souveraine. Les courtiers estiment que les achats d'obligations déjà réalisés ont freiné l'envolée des coûts d'emprunt des pays périphériques de la zone euro. Le capital de la BCE est de près de 5,8 milliards d'euros, à comparer avec un bilan de près de 138 milliards, au vu de son dernier rapport.                                  

 L'ensemble des 27 pays de l'Union européenne contribuent au capital de la BCE, les pays membres de la zone euro représentant 70% du total et les autres pays de l'UE le reste. En tant que première puissance économique de la zone euro, l'Allemagne apporte à elle seule près de 20% du capital de la BCE. Viennent ensuite la France (près de 14%), l'Italie (12,5%) et l'Espagne (8,3%).