Le comité central d'entreprise de France Télécom termine l'année sur un excédent

© 2010 AFP

— 

Le comité central d'entreprise (CCE) de France Télécom-Orange devrait conclure l'année 2010 sur un excédent de près de 10 millions d'euros, dont les deux tiers seront reversés à une partie des salariés sous forme de chèques vacances, a-t-on appris vendredi de sources syndicales.

Le Comité central de l'unité économique et sociale (CCUES), instance de représentation et d'information du personnel, qui a en charge la gestion des activités sociales et culturelles, avait enregistré en 2009 un déficit de 5,2 millions d'euros (12% de son budget), et avait depuis engagé des mesures drastiques pour retrouver une situation saine.

"Cela a conduit à couper des prestations, y compris l'année dernière", a dit à l'AFP Christian Mathorel (CGT), représentant syndical au CCUES. Les séjours vacances avaient notamment dû être suspendus à partir de septembre 2009.

"Au final, on est arrivé cette année avec un excédent", a-t-il ajouté.

Selon une résolution votée fin novembre par la CGT et Sud, dont l'AFP a eu copie, L'excédent se monte à 9,89 millions d'euros.

Après reconstitution de ses fonds propres à hauteur de 3,6 millions d'euros, le CCUES avait fin novembre "un résultat excédentaire prévisible de 6,29 millions d'euros", précise la résolution. Cet excédent sera versé sous forme de chèques vacances à environ 68.000 salariés bénéficiaires des prestations du CCUES.

Mais la CFTC s'est indignée de la répartition de ces chèques vacances, expliquant que 40.000 salariés étaient "écartés du partage de la cagnotte", soit "une discrimination", a déclaré à l'AFP Thierry Chatté (CFTC).

Sur le site du syndicat, il demande dans une lettre ouverte intitulée "le père Noël serait-il une ordure?" que le bureau du CCUES "rétablisse les 40.000 salariés dans leur droit". Il propose aux salariés lésés un modèle de réclamation à adresser au secrétaire du CCUES, ou plus ironiquement "une lettre au père Noël".

"La décision a été prise de reverser cet excédent aux salariés qui avaient validé leur compte au 24 novembre, c'est-à-dire ceux qui ont actualisé leur quotient familial 2010", a expliqué M. Mathorel, une démarche qui doit se faire chaque année sur le site du CCUES pour prétendre aux prestations tout au long de l'année.

Il estime au final "à moins de 4.000 personnes celles qui n'auront pas cette prestation parce qu'elles n'ont pas validé leur compte", rappelant que tous les salariés de France Télécom ne bénéficient pas de prestations sociales du CCUES et qu'environ 10.000 dépendent d'autres structures.

Selon le quotient familial, les chèques vacances s'échelonnent entre 30 et 120 euros.

De son côté, Sébastien Crozier (CFE-CGC-UNSA), qui n'a pas voté la résolution, a regretté "la pagaille de gestion", estimant que les organisations syndicales sont "incapables d'organiser une planification budgétaire correcte".

"On a failli passer par dessus bord l'année dernière avant que des mesures drastiques soient mises en place, et maintenant on a un excédent extravagant", a-t-il ironisé.