Noël 2010: Les Français achètent plus de jouets et s'y prennent plus tôt

CONSOMMATION Certains jouets sont même menacés de rupture de stock...

Thibaut Schepman

— 

Les marchands de jouets affichent leur optimisme pour Noël: ce week-end a marqué le coup d'envoi de la saison dans les magasins, avec des parents qui "sanctuarisent" le budget consacré aux cadeaux des enfants, quitte à faire des arbitrages.
Les marchands de jouets affichent leur optimisme pour Noël: ce week-end a marqué le coup d'envoi de la saison dans les magasins, avec des parents qui "sanctuarisent" le budget consacré aux cadeaux des enfants, quitte à faire des arbitrages. — Kenzo Tribouillard AFP

C’est une petite toupie bariolée que l’on actionne avec un lanceur. Elle s’est écoulée à plus d’un million d’exemplaires, si bien qu’elle est en rupture de stock depuis la fin novembre. La publicité, diffusée en masse à la télévision, a convaincu les enfants d’ajouter le joujou à leur liste de Noël.

Mais cette pénurie aussi précoce illustre aussi une nouvelle tendance 2010: les parents ont commencé plus tôt leurs achats de jouets pour Noël. «Les ventes ont augmenté de 6% en octobre et de 7% en novembre par rapport à l’année dernière», atteste Daniel Alboaf, délégué générale de la Fédération française des industries du jouet (FJP).

«Le rush des jouets commence plus tôt que pour les autres produits parce que c’est le premier soucis des parents. Ils ne veulent pas décevoir leurs enfants», explique Ulric Jerome, directeur exécutif du site Pixmania, qui commercialise des jouets cette année, interrogé par 20minutes.fr.

247 euros par enfants

Les jouets sont donc un poste de dépenses incontournable à Noël. Les Français ont ainsi offert 247 euros de jouets par enfant l’an dernier. Et même s’ils comptent réduire le nombre et la valeur des cadeaux sous le sapin cette année, ils dépenseront plus pour les jouets des plus petits. La FJP espère en effet une hausse de 3% des achats pour Noël 2010. Quand on sait que le mois décembre représente plus du tiers de ses 3 milliards d’euros de chiffres d’affaires, la tendance est un beau cadeau pour le secteur des jouets.

Cette hausse est aussi boostée par les «phénomènes de mode», avec un «emballement» sur des produits phares, qui crée «une sorte de top ten des jouets», explique Daniel Alboaf. D’où les risques de pénurie, comme pour la fameuse toupie. Et dans ce cas, «il y a des problèmes d’acheminement puisque plus de 70% des jouets sont produits en Chine, ce qui entraîne des longueurs de fabrication et de contrôle des produits», poursuit-il.

Ces ruées sur des produits n’arrangent pas la situation des travailleurs du jouet, en Chine.  «Les donneurs d'ordres imposent des prix trop bas et des délais courts, ce qui contribue à la violation des droits des travailleurs», dénonçait récemment Debby Chan, responsable de l’ONG chinoise Sacom, interrogée par 20minutes.fr. La Fédération du jouet assure «suivre de près ce problème» et avoir mis en place des «audits indépendants» pour que «les conditions de travail s’améliorent chaque année».

Et vous? Avez-vous déjà acheté vos jouets à offrir à Noël? Dites-le nous dans vos commentaires…