Areva: le fonds souverain du Koweït et l'Etat apportent de l'argent frais

ENERGIE Une première augmentation de capital de 900 millions d'euros est enfin lancée...

© 2010 AFP

— 

L'usine Eurodif d'enrichissement d'uranium d'Areva dans la Drôme en avril 2009.
L'usine Eurodif d'enrichissement d'uranium d'Areva dans la Drôme en avril 2009. — FOURMY MARIO/SIPA

Après moult rebondissements, la première augmentation de capital d’Areva est enfin bouclée, a annoncé vendredi le ministère de l’Economie.

900 millions d'euros  ainsi recapitaliser le groupe nucléaire. Les deux tiers (600 millions d’euros) seront apportés par le fonds souverain du Koweït et 300 millions d’euros par l'Etat.

>> Les rebondissements autour de l’augmentation de capital d’Areva, le point de 20minutes.fr par ici

Examen le 11 décembre

Dans le cadre de cette augmentation de capital, qui valorise Areva à 11,5 milliards d'euros, le fonds souverain du Koweit (KIA), va acquérir une part de 4,8% du capital du groupe public, précise Bercy dans un communiqué.

«Les deux propositions de KIA et de l'Etat seront examinées le 11 décembre par la conseil de surveillance d'Areva», ajoute le communiqué. Ce conseil a été convoqué samedi à 10H00, a par ailleurs précisé une porte-parole du groupe.

Pacte d’actionnariat

«L'Etat et KIA se sont par ailleurs accordés sur les grandes lignes d'un pacte d'actionnaires prévoyant notamment que l'Etat s'engage à faire ses meilleurs efforts pour coter les actions du groupe d'ici la fin du premier semestre 2011», poursuit le communiqué de Bercy.

Le titre Areva -- dont 4% du capital est coté via des certificats d'investissement (actions sans droit de vote) -- a été suspendu vendredi matin à la Bourse de Paris à la demande des autorités boursières.