Chine: boom du commerce extérieur avant des discussions avec Washington

© 2010 AFP

— 

La Chine a annoncé vendredi un niveau record de son commerce extérieur, confirmant la vigueur de son économie avant des discussions avec les Etats-Unis qui aborderont la question du taux du yuan.

Au mois de novembre, les exportations comme les importations chinoises ont atteint un record. La vigueur des exportations, qui ont progressé de 34,9% sur un an à 153,3 milliards de dollars, est un argument en faveur d'une réévaluation du yuan, qui permettrait de soulager la pression sur les prix en rendant les importations moins chères, selon les observateurs.

Les importations se sont élevées le mois dernier à 130,4 milliards de dollars, en hausse de 37,7%, ont précisé les douanes chinoises. Progressant plus vite que les exportations, elles ont permis une contraction de l'excédent commercial par rapport à octobre, à 22,9 milliards de dollars.

"Les sociétés à capitaux étrangers sont la principale source de l'excédent commercial", ont indiqué les douanes, précisant que sur les 11 premiers mois de l'année, elles ont compté pour 112,5 milliards de dollars sur un excédent total de 170,4 milliards de USD.

Ces chiffres sont publiés avant des discussions sino-américaines de haut niveau la semaine prochaine à Washington.

Les Etats-Unis considèrent que leur important déficit commercial avec la Chine est dû à une sous-évaluation de la monnaie chinoise et font pression pour que son taux de change soit davantage déterminé par le marché, ce que le gouvernement chinois refuse.

Dans une lettre au vice-Premier ministre Wang Qishan, 32 sénateurs américains ont déclaré cette semaine qu'il était "impératif" que les deux pays "travaillent ensemble de manière constructive" avant une visite du président chinois Hu Jintao aux Etats-Unis prévue en janvier.

"Nous demandons à la Chine de prouver son engagement à adopter un taux de change déterminé par le marché en laissant sa monnaie s'apprécier de manière significative avant la visite du président Hu", ont écrit les sénateurs américains.

"Il est de plus en plus difficile d'arguer que les industries exportatrices chinoises ne peuvent supporter une certaine appréciation de la monnaie, une mesure qui aiderait aussi Pékin à maîtriser la pression sur les prix", a commenté Brian Jackson, économiste à la Royal Bank of Canada basé à Hong Kong.

Le gouvernement chinois a pris cet automne une série de mesures pour freiner une hausse des prix à la consommation qui s'accélère et risque de provoquer des troubles sociaux, tandis que les prix des logements se maintiennent à des niveaux très élevés dans les grandes villes.

Les taux d'intérêt ont été relevés en octobre pour la première fois en près de trois ans tout comme les réserves obligatoires des banques, afin de ralentir la création de monnaie qui sous-tend l'inflation.

Les importations chinoises pourraient souffrir de ces mesures anti-inflationnistes. "La vigueur des importations ne devrait pas durer, car les usines en Chine répondent aux récentes mesures de resserrement en déstockant", selon Ben Simpfendorfer, analyste de la Royal Bank of Scotland.

Une importante réunion annuelle sur la politique économique des dirigeants chinois s'est ouverte vendredi à Pékin. Elle doit décider des grandes orientations du pays pour l'année à venir et finaliser le 12e plan quinquennal (2011-2015).

Le Bureau politique du Parti communiste, c'est à dire le sommet du pouvoir en Chine, a donné le ton la semaine dernière en indiquant que la politique monétaire adoptée serait "prudente", le pays souffrant désormais des effets inflationnistes des mesures de soutien à l'économie prises au lendemain de la crise financière mondiale.