Sarkozy redit sa confiance dans l'euro, une "monnaie crédible"

© 2010 AFP

— 

Nicolas Sarkozy a redit vendredi sa "confiance dans l'euro", en pleine crise pour cause d'inquiétudes sur la situation budgétaire de plusieurs Etats européens, dans un communiqué publié à l'issue d'un entretien avec le président de la BCE, Jean-Claude Trichet.

Lors de cette rencontre, le chef de l'Etat a "réaffirmé sa confiance dans l'euro, qui est une monnaie crédible et a acquis en dix ans d'existence le statut de deuxième monnaie de réserve mondiale".

M. Sarkozy s'est également réjoui "de l'action déterminée des Etats-membres et de l'ensemble des institutions européennes afin de préserver la stabilité de la zone euro" et des mesures prises par les membres de l'UE "pour redresser leurs finances publiques" et des réformes engagées "pour relancer la croissance", selon le texte.

Il a ainsi noté que "la reprise de la croissance dans la zone euro, en particulier en France et en Allemagne, qui représentent à eux seuls près de la moitié du PIB de la zone euro, est plus dynamique que prévu".

Nicolas Sarkozy s'est enfin félicité que "la zone euro, en améliorant le pacte de stabilité et de croissance et en se dotant de mécanismes de gestion de crise, se soit engagée dans la voie de la réforme".

A l'issue de cet entretien, le patron de la Banque centrale européenne (BCE) s'est contenté d'indiquer à la presse qu'il avait fait avec le président un "point de la situation", sans autre commentaire.

Malgré un plan d'aide de 85 milliards d'euros à l'Irlande, l'UE n'a pas réussi à rassurer les marchés sur l'ampleur de la dette publique de plusieurs de ces Etats membres.

Les ministres des Finances de la zone euro doivent consacrer lundi à Bruxelles l'essentiel de leur réunion mensuelle à la crise financière actuelle, en présence du directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn.