Avarie de l'A380:Qantas demande des comptes à Rolls-Royce

AÉRIEN antas aurait perdu 44 millions d'euros...

T.S avec Reuters

— 

En revanche, quatre A380 immobilisés, dont celui victime d'une avarie de moteur le 4 novembre, restent au sol alors que des investigations se poursuivent.
En revanche, quatre A380 immobilisés, dont celui victime d'une avarie de moteur le 4 novembre, restent au sol alors que des investigations se poursuivent. — Roslan Rahman afp.com

Qantas demande réparation au motoriste Rolls-Royce après l'incident qui a contraint un de ses Airbus A380  à un atterrissage d'urgence début novembre, l'enquête ayant conclu à un problème de conception. Dans une requête déposée vendredi devant un tribunal fédéral australien, la compagnie australienne affirme que Rolls-Royce a manqué à ses obligations et pourrait l'avoir trompée en fournissant pour l'A380 des moteurs défectueux, ne répondant pas aux normes garanties par Airbus.

Qantas n'évalue pas précisément les pertes financières liées à cet incident, mais souligne que les six A380 de sa flotte ont été cloués au sol plusieurs jours pour des contrôles. La compagnie dit en outre s'attendre à des retards de livraison des futurs A380 - le plus gros porteur au monde, dont le prix-catalogue est d'environ 350 millions de dollars (264,8 millions d'euros) - et déclare ne pas pouvoir utiliser comme prévu les appareils entre l'Australie et Los Angeles.

44 millions d’euros

Des analystes estiment les pertes potentielles de Qantas à 60 millions de dollars australiens (44,4 millions d'euros), hors coûts de réparation de l'appareil endommagé, et font valoir que la compagnie a vu sa réputation ternie par l'incident et qu'elle a perdu des capacités de transport en pleine saison estivale dans l'hémisphère Sud.

L'autorité australienne de sécurité des transports a conclu que l'incident du 4 novembre était probablement dû à un défaut de conception ayant entraîné une usure anormale et une fuite d'huile. L'A380 avait atterri en urgence à Singapour avec 466 personnes à bord. Rolls-Royce s'est refusé à commenter la requête de Qantas.