Crash Rio-Paris: Air France décline toute responsabilité et accuse Airbus et Thales

ACCIDENT La compagnie les a alertés de problèmes sur les sondes Pitot...

E.M. avec Reuters
— 
 
Des débris de l'AF447 récupérés par l'armée brésilienne en 2009
  Des débris de l'AF447 récupérés par l'armée brésilienne en 2009 — H.NEW / REUTERS

Non coupable. Dans un mémorandum transmis à la justice et révélé vendredi dans la presse, Air France décline toute responsabilité dans l'accident du vol Rio-Paris en juin 2009. La compagnie accuse en revanche Airbus et Thales d'être restés sourds à ses alertes sur les sondes Pitot.  

>> Retrouvez le diaporama de 20minutes.fr sur le crash de l'AF447

La défaillance de ces sondes de mesure de vitesse est considérée comme l’un des éléments clés dans l'accident de l'Airbus A330 d'Air France au large du Brésil.

>> Retrouvez sur 20minutes.fr une chronologie de la bagarre de responsabilité autour de cet accident

Contre-attaque d’Air France

La compagnie a été très critiquée pour son absence de réactivité après les multiples cas de givrage des sondes Pitot AA. Mais le journal Libération cite vendredi un dossier aux allures de contre-attaque pour Air France.

Elle affirme qu'Airbus et Thales l'ont laissée, malgré de multiples avertissements dès 2008, «sans recommandations ni solutions pérennes palliant ce problème».                           

Les porte-paroles de Thalès  et d'Airbus ont estimé qu’il fallait attendre les conclusions des enquêtes judiciaire et technique en cours. Et des boîtes noires de l’appareil, toujours introuvables malgré de longues recherches. Sans elles «la cause de l'accident tragique du vol Air France 447 ne peut pas être identifiée», a précisé la porte-parole de l’avionneur européen.

Informations erronées

Il est apparu que les sondes AA de Thales donnaient, en cas de givrage, des informations de vitesse erronées qui perturbaient l’équipage. Quinze incidents de ce type sont apparus sur des vols A330 dans les dix mois précédent l'accident sans qu'Air France ne remplace ces sondes.

Dans le cadre de l'instruction à Paris, un rapport d'experts judiciaires a mis en cause la maintenance des sondes par la compagnie. Selon Libération, la moitié des incidents liés aux sondes Pitot en 2008-2009 ont eu lieu sur Air France. Dans les mois suivant l'accident du Rio-Paris, la compagnie a accéléré le remplacement des sondes Pitot AA.