Qu'est-ce qu'un fonds commun de placement ?

Romain Gouloumès

— 

Des initiales connues mais une réalité qui l’est moins. Le but d’un FCP est de collecter des fonds auprès de souscripteurs, des particuliers en majorité, et de les placer en actions et obligations. Les investisseurs qui acquièrent des parts d’un fonds en deviennent copropriétaires.

Flexibilité et versatilité

La gestion est laissée à un spécialiste, qui aura pour mission de tirer la valeur du portefeuille vers le haut. Les FCP étant côtés chaque jour, on peut revendre ses parts à tout moment. Les dividendes, ainsi que les gains, sont automatiquement réinvestis dans le fond.

Les FCP (fonds commun de placement) diversifiés ont été parmi les seuls produits financiers à tirer leur épingle du jeu ces derniers mois. Les boursicoteurs font confiance à leur flexibilité et à leur versatilité pour encaisser le moindre coup dur.

Investi en obligations quand les cours sont décevants ou réparti en actions lorsque la bourse retrouve des couleurs, le FCP diversifié est l’une des valeurs sûres du moment. Leur performance est directement liée au choix du gérant et à la qualité de ses anticipations.

Les FCP gèrent un actif plus limité que les Sicav (Société d’investissement à capital variable), leur parent le plus proche, prennent plus de risques et spéculent davantage. Leur cœur de placement est aussi plus étroitement défini.

On trouve ainsi des FCP tournées vers des régions particulières, des entreprises non cotées, des jeunes sociétés innovantes ou les PME. Comme on peut s’en douter, cette spécialisation dans la diversité, les FCP mettant toujours leurs œufs dans plusieurs paniers, est une épée à double tranchant.

Une réduction d'impôt de 25% de l'investissement

Chaque FCP a sa personnalité fiscale. Les FCPR, dits à risque, sont les mieux lotis à cet égard. Ils présentent l'avantage d'être exonérés de tout impôt si les fonds restent bloqués au moins cinq ans. Après treize ans d’existence, la réduction fiscale de deux autres FCP vit ses derniers jours.

Depuis le 1er janvier 1997, pour l’achat de parts dans un fond commun de placement dans l’innovation (FCPI) ou un fonds d’investissements de proximité (FIP), une réduction d’impôt de 25% de l’investissement, plafonnée à 3.000 euros (le double pour un couple), est pratiquée.

La réduction double pour atteindre 50% sur les FIP situées en Corse. Cet avantage disparaîtra à la fin de l’année. Dommage, c’est ce qui faisait le charme de ces FCP aux performances financières perfectibles. En définitive, les FCP sont des produits au potentiel fort, à choisir avec prudence sinon avec discernement : FCP et Sicav confondus, plus de 10.000 produits financiers différents se disputent en ce moment le marché français.