La vente des vins des Hospices de Beaune, dont la 150e édition a lieu dimanche, s'ouvre aux particuliers qui peuvent mutualiser l'achat d?une pièce (fût de 228 litres), dont le vin, une fois mis en bouteille, est réparti en fonction de la participation de chacun.
La vente des vins des Hospices de Beaune, dont la 150e édition a lieu dimanche, s'ouvre aux particuliers qui peuvent mutualiser l'achat d?une pièce (fût de 228 litres), dont le vin, une fois mis en bouteille, est réparti en fonction de la participation de chacun. — Jeff Pachoud afp.com

Économie

Hospices de Beaune: la vente de vin se démocratise

La vente des vins des Hospices de Beaune, dont la 150e édition ...

La vente des vins des Hospices de Beaune, dont la 150e édition a lieu dimanche, s'ouvre aux particuliers qui peuvent mutualiser l'achat d’une pièce (fût de 228 litres), dont le vin, une fois mis en bouteille, est réparti en fonction de la participation de chacun.

"Les gens qui venaient à Beaune visitaient les Hospices et ne trouvaient pas le vin produit par l'hôpital dans les restaurants de la ville. On s'est dit qu'il fallait ouvrir la vente aux particuliers", explique à l'AFP Albéric Bichot, directeur général de la maison Albert Bichot, qui conduit cette initiative pour la deuxième année consécutive.

Jusqu'à présent, lors de cette vente de charité, organisée au profit de l'Hôpital de Beaune, ne pouvaient être achetés aux enchères que des fûts (appelés +pièces+) entiers, soit 228 litres ou l'équivalent de 288 bouteilles.

Le prix de ces pièces oscillant entre 2.000 et 50.000 euros, selon la cuvée, les acheteurs traditionnels allaient du riche étranger à l'établissement hôtelier en passant par les cavistes ou les restaurateurs.

Cette année, 45 cuvées totalisant 643 pièces seront mises aux enchères, contre 799 en 2009, où plus de 5 millions d'euros (5.005.168) avaient été récoltés.

Selon Jean-David Camus, en charge de l'opération, cette vente n'est désormais plus "réservée à une élite fortunée". "Vous pouvez commencez à partir de six bouteilles. Par exemple, si l’enchère de la pièce est de 2.600 euros, la bouteille vous reviendra à moins de 25 euros TTC", explique-t-il.

Une fois son choix arrêté parmi les quatre cuvées proposées, la personne n'a plus qu'à indiquer le nombre souhaité de bouteilles. "Même si c'est un peu plus cher que ce qu'on trouve ailleurs, on se paye une petite part du rêve", explique à l'AFP François Desperriers, 45 ans.

Ce salarié dans une entreprise d'électronique de Dijon va acheter six bouteilles de Beaune rouge premier cru pour un montant maximal de 40 euros par bouteille. Si ce prix plafond est dépassé au cours de l'enchère, il sera remboursé.

"C'est comme lorsque l'on se rend chez un vigneron, la bouteille que l'on partage ensuite avec ses amis a une histoire derrière elle. Eh bien là, c'est pareil", estime pour sa part Patrick Mougin, 46 ans, qui habite depuis peu au Canada et a acquis une soixantaine de bouteilles en 2009, autour de 40 euros l'unité.

"L'année dernière, on habitait encore à Lille et on allait souvent à Beaune chez des amis qui nous parlaient de la vente des Hospices. Ca me semblait quelque chose de complètement hermétique et inaccessible. J'ai entendu parler de cette initiative qui permettait à un particulier de participer et même de suivre les enchères à distance sur Twitter", ajoute-t-il.

M. Mougin devra néanmoins encore patienter quelques mois avant de recevoir ses vins achetés l'an dernier. Une fois l'enchère remportée, les vins doivent encore être élevés entre 14 et 16 mois, avant leur mise en bouteille puis leur livraison.

"Les gens payent un peu pour voir", sourit Albéric Bichot, qui ne cache pas la portée également "commerciale" de cette opération.

La vente des Hospices de Beaune est organisée depuis 2005 par Christie's. Seule obligation pour les acheteurs, particuliers ou professionnels, l'élevage et la mise en bouteilles doit se faire en Bourgogne, selon le règlement de l'institution. C'est pourquoi les grandes maisons de vin font office d'intermédiaires.

(www.hospices-beaune.com)