Un ex-trader de la SocGen reconnaît avoir volé un code secret

Reuters
— 

Un ancien trader de la Société générale  a reconnu jeudi avoir dérobé une copie du code de trading haute fréquence de la banque française et l'avoir partagé avec son futur employeur.

Le procès de Samarth Agrawal doit arriver devant le jury d'une juridiction new-yorkaise jeudi ou vendredi, mais le juge qui préside les débats l'a déclaré pratiquement terminé.

«Franchement, je suis perplexe face à la situation», a déclaré le juge Jed Rakoff. «L'accusé a reconnu tous les éléments essentiels d'au moins le premier chef d'inculpation et probablement du second.»

Samarth Agrawal, un Indien de 27 ans, a été arrêté le 19 avril dernier, le jour om il devait travailler pour son nouvel employeur, le fonds spéculatif Tower Research Capital.

Il est accusé par la justice américaine d'avoir copié le code informatique du trading haute fréquence de la SocGen de façon à pouvoir le reproduire dans son nouveau poste chez Tower.

Le trading haute fréquence ou trading automatisé à grande vitesse, est devenu une activité de plus en plus importante, générant des millions de profits pour les banques et les sociétés de Bourse. Le code algorithmique conservé par chaque établissement est un secret particulièrement protégé.