lA GRèce veut rééchelonner sa dette

— 

Etendre la durée de remboursement de sa dette. C'est désormais une possibilité que n'exclut pas la Grèce. Hier, son Premier ministre, George Papandréou, a déclaré dans une interview au journal grec Proto Thema la possibilité d'un rééchelonnement du remboursement du prêt consenti par l'Union européenne et le FMI. Une hypothèse qui ne serait pas du goût de la Banque centrale européenne, estimant qu'une telle renégociation pourrait porter atteinte à la crédibilité de la Grèce. Pour sa part, le FMI a indiqué qu'un rééchelonnement était possible. Mais en octobre, l'Allemagne s'y est fortement opposée et la Commission européenne a déclaré qu'aucune discussion n'avait lieu en ce sens. Parallèlement, la Grèce a annoncé, samedi, son souhait de réaliser de nouvelles économies dans son budget 2011, qui représenteraient environ 2 % de son produit intérieur brut (PIB). Les mesures envisagées porteraient avant tout sur la lutte contre le gaspillage et sur la réorganisation du secteur public.