Nicolas Sarkozy à Séoul au sommet du G20 le 12 novembre 2010.
Nicolas Sarkozy à Séoul au sommet du G20 le 12 novembre 2010. — YOUNG HO/SIPA

MONDE

Le plan d’attaque de Nicolas Sarkozy pour sa présidence du G20

Il se veut ambitieux mais réaliste...

Après un sommet de Séoul difficile, la France a pris ce vendredi la présidence du G20. Deux mots d’ordre pour Nicolas Sarkozy: ambition et réalisme. Car si le chef de l’Etat veut s’attaquer à plusieurs chantiers, il a reconnu que rien ne pourrait être achevé en une seule année.

Réformer le système monétaire international

«Le G20 des temps de crise a accompli un travail considérable. Le G20 de l'après-crise doit porter les bases de réformes structurelles dont le monde a besoin», a déclaré Nicolas Sarkozy vendredi lors d’une conférence de presse.

>> Revivez en direct sur 20minutes.fr la conférence de presse de Nicolas Sarkozy

Et pour le chef de l’Etat, la priorité est de réformer le système monétaire international.  Les tensions autour des taux de change ont agité ce sommet de Séoul. Elles font craindre une guerre des monnaies qui pourrait peser sur la relance économique mondiale.

>> Pour tout comprendre à la guerre des monnaies, cliquez ici

Si le sujet est capital, il faut pour Nicolas Sarkozy avancer à petits pas. «C'est déjà un succès que les Vingt acceptent de considérer que l'ordre monétaire est un problème. Ce n'était pas le cas avant», a-t-il expliqué. Le président de la République a ainsi évoqué la création d'instruments «plus efficaces et plus rapides» et une meilleure coordination des politiques monétaires.

 Mais le chef de l'Etat veut surtout remettre en cause un système dominé par une devise, le dollar.  Une ambition qu’il a lui-même reconnu comme peu réaliste en l’état actuel des choses. «Je ne pense pas que techniquement, nous ayons les réponses à ces sujets. Le monde a toujours été dominé par une seule monnaie», a-t-il concédé.

Améliorer la gouvernance mondiale

Pour avancer sur cette question très controversée, le chef de l’Etat veut renforcer le rôle du G20 et la gouvernance mondiale. Nicolas Sarkozy souhaite donc agir avec «un sens collectif» pour «essayer d'obtenir des consensus».

Plusieurs visites sont ainsi prévues: aux Etats-Unis d’ici à la fin de l’année pour rencontrer Barack Obama et le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn. Il se rendra également en Inde et en Afrique du Sud avant une conférence de presse en janvier à Paris.

Lutter contre la volatilité des prix des matières premières

L’autre chantier prioritaire pour le chef de l’Etat est de lutter contre la volatilité des prix de matières premières qui fait craindre le retour des émeutes de la faim comme en 2008.

>> Faut-il craindre de nouvelles émeutes de la faim? La réponse par ici

Nicolas Sarkozy veut ainsi mieux réguler les marchés agricoles avec une plus grande transparence pour éviter notamment la spéculation.

Trouvez-vous que Nicolas Sarkozy soit assez ambitieux pour la présidence française du G20? Pensez-vous qu’il ne s'agit que de déclarations de bonnes intentions? Dites-le nous dans les commentaires !