Viande bovine: la Confédération appelle à un rassemblement à Quimperlé mardi

© 2010 AFP

— 

Indignée par l'accord sur le prix de la viande bovine conclu mercredi, la Confédération Paysanne appelle à un rassemblement de protestation mardi à Quimperlé (Finistère) devant le siège du groupe Bigard et demande une nouvelle réunion avec le médiateur et l'ensemble de la filière.
Indignée par l'accord sur le prix de la viande bovine conclu mercredi, la Confédération Paysanne appelle à un rassemblement de protestation mardi à Quimperlé (Finistère) devant le siège du groupe Bigard et demande une nouvelle réunion avec le médiateur et l'ensemble de la filière. — Frank Perry AFP

Indignée par l'accord sur le prix de la viande bovine conclu mercredi, la Confédération Paysanne appelle à un rassemblement de protestation mardi à Quimperlé (Finistère) devant le siège du groupe Bigard et demande une nouvelle réunion avec le médiateur et l'ensemble de la filière.

"Au vu de la situation dramatique pour les éleveurs, les Confédérations paysannes du Grand Ouest appellent au rassemblement de tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette mascarade", mardi, devant le siège du groupe Bigard, écrit le syndicat dans un communiqué.

"Le médiateur nommé par le ministre de l'Agriculture doit réunir l'ensemble des représentants agricoles et de la filière pour travailler à une sortie de crise durable", poursuit la Confédération, soulignant qu'il s'agit d'oeuvrer notamment "pour que les prix payés aux producteurs soient en cohérence avec la réalité du marché et les coûts de production" et pour "faire admettre une juste répartition de la valeur ajoutée dans la filière".

Revenant sur l'accord conclu, le syndicat déclare qu'"il s'agit là d'un +foutage de gueule+ (...) Une sortie de crise pour arriver à plus de 60 cents (de hausse, ndlr) dans les semaines à venir sans engagements précis sur les délais et les conditions pour cette augmentation ressort de la +méthode Coué+".

"En fait d'accord, il n'en est rien car les 2 et 5 cents (obtenus, ndlr) correspondent aux hausses saisonnières habituelles de fin d'année. Nous n'avons donc encore rien obtenu. La réalité est que l'interprofession (toujours pas pluraliste) n'est plus en mesure de négocier quoi que ce soit", estime le syndicat pour qui "rien ne permet aujourd'hui d'ouvrir une perspective de redressement sérieux des prix à la production".

Les neufs abattoirs du groupe Bigard-Socopa ont été paralysés de dimanche à jeudi par des éleveurs de viande bovine qui réclamaient une revalorisation des prix à la production. Sur le terrain, les dirigeants syndicaux de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) ont parfois eu du mal à convaincre leurs troupes de l'intérêt de l'accord conclu mercredi.

Le PDG du groupe Bigard, Jean-Paul Bigard, est également président du syndicat national des industries de la viande (SNIV-NSCP).