Marée noire: BP n'a pas fait primer les dollars sur la sécurité

E.M. avec Reuters

— 

Le logo du géant pétrolier British Petroleum.
Le logo du géant pétrolier British Petroleum. — M. Dunham/AP/SIPA

Aucune preuve de négligence volontaire. Le verdict de la commission chargée par la Maison blanche de faire la lumière sur la marée noire dans le golfe du Mexique a ainsi estimé lundi que la catastrophe a été le résultat de mauvaises appréciations sur la plateforme pétrolière Deepwater Horizon. 

Dollars et sécurité

«A ce jour nous n'avons pas identifié une seule circonstance dans laquelle un individu a pris consciemment la décision de faire primer les dollars sur la sécurité», a expliqué le chef de la commission, Fred Bartlit, lors d'une réunion.

Dans son enquête interne rendue publique cet été, BP a imputé l'essentiel des erreurs à l'origine de cette marée noire à ses partenaires sur la plateforme Deepwater Horizon, dont le naufrage a provoqué la fuite de brut du puits Macondo.

Risques inutiles

Si la commission est en accord avec 90% de ces conclusions, elle se montre néanmoins beaucoup plus sévère avec la compagnie pétrolière britannique. Elle estime que BP a pris des risques inutiles dans l'exploitation du puits avant même que ne se produise l'explosion de la plateforme.

Le coprésident de la commission, Bill Reilly a ainsi fait savoir que les premières conclusions portaient sur une accumulation d'erreurs humaines. Fred Bartlit  a souligné que tous les actes réalisés sur la plateforme n'étaient pas sûrs.

Les employés de BP et de Transocean, propriétaire de la plateforme, ont en outre mal interprété les résultats de tests de pression du puits, ce que la commission impute à l'absence de procédures normées en la matière. Mais Transocean se défend de toute erreur, expliquant que, selon les normes internationales, il revient à l'exploitant d'interpréter ces tests.