Kerviel: Oudéa "surpris et parfois indigné" par les réactions au jugement

© 2010 AFP

— 

Le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa a déclaré mercredi avoir été "surpris et parfois indigné" par les réactions au jugement prononcé début octobre à l'encontre de l'ancien trader Jérôme Kerviel.
Le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa a déclaré mercredi avoir été "surpris et parfois indigné" par les réactions au jugement prononcé début octobre à l'encontre de l'ancien trader Jérôme Kerviel. — Eric Piermont AFP/Archives

Le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa a déclaré mercredi avoir été "surpris et parfois indigné" par les réactions au jugement prononcé début octobre à l'encontre de l'ancien trader Jérôme Kerviel.

"J'ai été surpris et parfois indigné par tout ce que j'ai entendu" au sujet de la décision de justice, a déclaré Frédéric Oudéa lors d'une conférence téléphonique en marge de la publication des résultats de la banque, mentionnant notamment "les critiques dont notre entreprise a fait l'objet".

Jérôme Kerviel a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris, qui lui a infligé cinq ans de prison dont trois ferme et des dommages-intérêts colossaux de 4,9 milliards d'euros, correspondant à la perte subie par la banque.

La décision avait déclenché une vague de critiques au sein de la classe politique, parmi les éditorialistes et sur internet.

Le porte-parole du gouvernement Luc Chatel avait même suggéré que la banque puisse "faire un geste", sous-entendant qu'elle pourrait renoncer à tout ou partie des 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts infligés à Jérôme Kerviel.

Dans la foulée, la banque avait annoncé qu'elle renonçait à lui réclamer la totalité des dommages et intérêts, sans pour autant faire une croix sur toute indemnisation.

Quelques jours après le jugement, une autre polémique était née du rappel, par Europe 1, du fait que la Société Générale avait bénéficié d'une déduction d'impôt d'environ 1,7 milliard d'euros liée aux pertes occasionnées par la fraude de Jérôme Kerviel.

Plusieurs élus avaient alors dénoncé ce mécanisme et l'avocat de M. Kerviel, Me Olivier Metzner, avait accusé l'établissement d'avoir "trompé le tribunal en ne l'informant pas de cette récupération d'impôt".

Cette information concernant la déduction fiscale figure dans les documents de référence de la Société Générale publiés sur son site. "Nous n'avons fait qu'appliquer la loi en totale transparence", a plaidé mercredi M. Oudéa, pour qui "il y a un droit, qui est le même pour tous".