« la biodiversité ne vaut pas zéro »

Propos recueillis par Mickaël Bosredon

— 

La secrétaire d'Etat à l'Ecologie est satisfaite de l'issue du sommet.
La secrétaire d'Etat à l'Ecologie est satisfaite de l'issue du sommet. — MEIGNEUX / SIPA

On parle d'un accord « historique » adopté à Nagoya. Partagez-vous
cet enthousiasme ?
C'est historique. Pour la première fois, on reconnaît qu'il n'y a pas de développement possible sans la protection de la biodiversité. Depuis Kyoto, c'est la première fois que la communauté internationale parvient à un accord sur l'environnement.
Concrètement, qu'est-ce

que cet accord va changer

pour la biodiversité dans le monde ?
Nous avons adopté un plan stratégique qui fixe vingt objectifs, par exemple la création de 17 % d'aires protégées sur terre, et de 10 % en mer d'ici à 2020, contre 13 % et 1 % actuellement. La France souhaitait 25 % sur terre, et 15 % en mer. Nous ne souhaitions pas descendre en dessous de 20 % et 10 % mais il a fallu négocier avec les pays africains. Il y a eu aussi un accord sur l'accès et le partage des bénéfices issus des ressources génétiques. Les pays fournisseurs vont réglementer et faire payer des droits pour l'accès à ces ressources. Par exemple 60 % des médicaments utilisés dans la lutte contre le cancer viennent de végétaux issus des forêts tropicales, et en cosmétique, c'est la même chose. N'importe quelle entreprise peut venir se servir et détruire la ressource. Et bien demain ce ne sera plus possible. C'est un profond changement, car cet accord dit clairement que la biodiversité ne vaut pas zéro. Une autre grande décision a été le soutien à la création d'une sorte de Giec de la biodiversité.
Comment la France va-t-elle

s'y prendre pour atteindre

les objectifs d'aires protégées ?
Nous sommes à 12,5 % d'aires protégées sur terre, et 2 % en mer. Les objectifs du Grenelle de l'Environnement doivent nous permettre d'atteindre ceux fixés à Nagoya. Nous avons déjà lancé deux parcs marins, la mer d'Iroise et Mayotte, et un troisième sera annoncé d'ici la fin de l'année. Le parc national des Calanques sera lui officialisé avant la fin de l'année également.

Nagoya

Le sommet de Nagoya (Japon)s'est achevé ce week-end et a débouché sur un accord des 193 pays participants, sur le ralentissement du rythme de disparition des espèces.