Terres rares: le Vietnam va aider le Japon

© 2010 AFP

— 

Le Vietnam va aider le Japon à se fournir en terres rares, ces 17 minéraux stratégiques utilisés dans des industries de pointe, ont indiqué les deux pays dimanche, l'archipel nippon s'efforçant de diversifier son approvisionnement après les restrictions récentes de la Chine.
Le Vietnam va aider le Japon à se fournir en terres rares, ces 17 minéraux stratégiques utilisés dans des industries de pointe, ont indiqué les deux pays dimanche, l'archipel nippon s'efforçant de diversifier son approvisionnement après les restrictions récentes de la Chine. — Luong Thai Linh AFP

Le Vietnam va aider le Japon à se fournir en terres rares, ces 17 minéraux stratégiques utilisés dans des industries de pointe, ont indiqué les deux pays dimanche, l'archipel nippon s'efforçant de diversifier son approvisionnement après les restrictions récentes de la Chine.

"Le Premier ministre Nguyen Tan Dung a annoncé que le Vietnam avait décidé de prendre le Japon comme partenaire pour l'exploration, l'extraction minière, le développement et la production des terres rares dans le pays", ont indiqué le dirigeant vietnamien et son homologue japonais Naoto Kan dans un communiqué conjoint.

Le quotidien économique japonais Nikkei affirmait cette semaine qu'un projet associant les maisons de commerce nippones Toyota Tsusho et Sojitz avec l'entreprise minière vietnamienne Vinacomin allait démarrer.

Les 17 substances métalliques appelées "terres rares" constituent des ressources essentielles pour les secteurs de l'électronique et de l'automobile, où elles entrent dans la fabrication d'écrans plats, de lasers ou de voitures hybrides.

Mais les importations japonaises, qui viennent essentiellement de Chine, sont quasiment bloquées depuis plus d'un mois par Pékin, apparemment en représailles à un incident naval sino-japonais début septembre.

La Chine dément perturber ces exportations, mais la totalité des 31 entreprises japonaises qui exportant ces matériaux signalent d'importantes perturbations.

Le Japon, comme d'autres pays développés, cherche à s'émanciper de sa dépendance quasi-exclusive à la Chine qui produit quelque 95% de ces substances dans le monde.

Les réserves japonaises pourraient être à sec dès mars ou avril prochain s'il n'y a pas de prochains arrivages, selon les responsables nippons.

Samedi à Hanoï, où se déroulait le sommet d'Asie de l'Est, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'était dite rassurée par son homologue chinois Yang Jiechi quant aux exportations par Pékin des terres rares.

"Le ministre des Affaires étrangères Yang a été clair sur le fait que la Chine n'avait aucune intention de retirer ses minerais du marché", avait-elle déclaré.