Comment financer la dépendance des personnes âgées?

SOCIAL Alors que l'espérance de vie ne cesse d'augmenter...

Elsa Meyer

— 

Aide à domicile chez des personnes âgées.
Aide à domicile chez des personnes âgées. — LE MOINE MICHEL/SIPA

En 2060, 30% de la population devrait avoir plus de 60 ans, selon une étude publiée ce mercredi par l’Insee. Une bonne nouvelle pour l’espérance de vie française. Mais le vieillissement de la population va mécaniquement augmenter le nombre de personnes âgées dépendantes.
 
Après les retraites, c’est donc l’autre réforme qui attend les parlementaires dans quelques semaines. Nicolas Sarkozy l’a promis en 2007: il veut faire de la dépendance le cinquième pilier de la Sécurité sociale. Encore faut-il pouvoir le financer.
 
Car la dépendance coûte cher et la Sécu n’a plus vraiment de marges de manœuvre financières.

Dépenses publiques

Entre les dépenses liées à la maladie, aux établissements spécialisés ou les aides publiques, l’Etat a dépensé l’année dernière plus de 22 milliards d'euros pour la dépendance, selon un rapport de la député UMP Valérie Rosso-Debord,  publié en juin.

Un quart de cette somme environ était consacré à  l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), créée en 2002 pour les plus de 60 ans. Au total, 1,1 million de personnes en ont bénéficié l’année dernière, soit 6,7% des sextuagénaires. Ils n’étaient que 605.000 il y a huit ans. Le coût du dispositif pour l’Etat a ainsi explosé de 60%.

1.800 euros par personne

Mais ces aides ne sont pas suffisantes pour couvrir le coût de la dépendance. Leur montant moyen était de 450 euros par mois en 2009, selon une étude de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Le coût de la dépendance s’élevait quant à lui à 1.800 euros par mois en moyenne pour une personne à domicile et à 2.300 euros en établissement alors que plus de la moitié des retraités perçoit une pension inférieure à 1.000 euros.

Nouveaux mode de financement

Le gouvernement est donc à la recherche de nouvelles recettes pour financer les besoins de ce cinquième pilier.
 
Certaines cotisations sociales pourraient par exemple être augmentées. Le président de l'Agence nationale des services à la personne (ANSP), le député UMP de Meurthe-et-Moselle Laurent Hénart, a aussi proposé que les Français abandonnent un jour de congé.

Mais «le financement public est désormais incapable de procurer les futurs milliards de dépenses que coûtera dans un avenir proche la dépendance des personnes âgées», insistait Valérie Rosso-Debord. Son rapport préconise ainsi d’obliger toutes les personnes de 50 ans et plus à souscrire une assurance contre la perte d'autonomie.