Chaque joueur de football professionnel crée 22 emplois

ECONOMIE C'est le résultat du premier «Baromètre Foot Pro»...

E.M.

— 

Les joueurs de l'équipe de France de football, lors de l'hymne national précédant le macth Norvège - France à Oslo, le 11 août 2010.
Les joueurs de l'équipe de France de football, lors de l'hymne national précédant le macth Norvège - France à Oslo, le 11 août 2010. — P.Euler/Sipa

A la veille des états généraux du football, la filière professionnelle veut redorer son blason. Et trancher avec l’image d’un sport «bling-bling» qui coûte cher aux finances publiques.

Le syndicat des clubs professionnels, l'UCPF, a rendu public ce mercredi son premier «Baromètre Foot Pro», réalisé entre janvier et juin 2010 par le cabinet d'études Ernst & Young.

Pour son président Jean-Pierre Louvel, le constat est sans appel: «Le football pro, bien loin d’être un puits sans fond, une gabegie locale, apporte à la collectivité nationale», a-t-il expliqué à 20minutes.fr.

4,2 milliards d’euros

«Il y a un peu plus d’un an, le Parlement a supprimé le droit à l'image collectif (DIC). Cela a été l’occasion d’attaquer le football professionnel. On a parlé des joueurs trop payés, de niches fiscales, de privilégiés et j’en passe. C’était une présentation très injuste de la place du football professionnel dans la société. Nous voulions montrer, chiffres à l’appui, quel est l’apport du foot à la croissance du pays, en termes d’emploi, de valeur et de lien social», précise-t-il.

Intitulée Des Clubs et des Hommes. Réalités économiques et sociales du football professionnel, l’étude estime que le secteur représente un chiffre d'affaires annuel de 4,3 milliards d'euros.

Les 40 clubs professionnels réalisent 29% de ce montant. S’ajoutent des retombées au niveau local (15%), la restauration (19%) et le transport (14%). Mais plus de la moitié de cette somme, soit 2,441milliards d’euros, provient de l’argent généré par les chaînes de télévision (37%), les paris sportifs (21%) ainsi que la presse, l’édition et Internet.

25.000 emplois

Le football professionnel est aussi à l’origine de 25.000 emplois, directs ou indirects, selon l’étude. En moyenne, chaque joueur professionnel donne ainsi du travail à 22 personnes.
 
Et l’Etat y trouve aussi son compte puisqu’il récupère 1,1 milliard d’euros de recettes fiscales. 570 millions d’euros sont directement payés par les clubs et leurs salariés, le reste provenant des autres acteurs du secteur, indique ce Baromètre.