Les grèves obligent la France à importer de l'électricité

ÉNERGIE n raison des baisses de production décidées par les grévistes d'EDF...

E.M. avec AFP
— 
Pylones électriques et lignes à très haute tension dans la Sarthe.
Pylones électriques et lignes à très haute tension dans la Sarthe. — GILE MICHEL/SIPA

La mobilisation contre la réforme des retraites a contraint la France à importer de l’électricité lundi et mardi, a indiqué le Réseau de transport d'électricité (RTE), gestionnaire du réseau de lignes à haute tension. En cause: les baisses de production décidées par les grévistes d’EDF.

>> Suivez en direct la journée de mobilisation de mercredi sur 20minutes.fr

Baisse de 5.000 MW

La production d'électricité a baissé d'environ 5.000 mégawatts (MW) lundi et mardi, a indiqué à l'AFP Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la CGT-Energie, majoritaire chez EDF. «Nous avons baissé lundi et mardi la production de 3.000 MW sur les centrales nucléaires et 2.000 MW sur les centrales thermiques» , a indiqué la responsable syndicale.

Conséquence, des importations d’électricité ont eu lieu l'ensemble des deux journées, sauf entre 3h00 et 5h00 du matin lundi, selon le site internet de RTE, filiale d'EDF.

Le maximum d'importation prévu était de 6.388 MW lundi entre 8h00 et 9h00 et de 7.O39 MW entre 12h00 et 13h00 mardi, a précisé cette porte-parole.

Coût des importations

La CGT de l'énergie avait annoncé lundi son intention de «durcir les actions» contre la réforme des retraites, notamment en baissant la production des centrales électriques.

«La direction d'EDF a envoyé ce matin (mardi) des messages interdisant de baisser plus la production. Cela prouve qu'il y un gros problème», a ajouté cette responsable CGT pour qui «les importations coûtent plus cher que la production française».