La Poste fixée sur la hausse de son capital

ECONOMIE L'État et la Caisse des dépôts ont finalisé leur accord...

E.M.

— 

Illustration d'une façade d'un bureau de poste.
Illustration d'une façade d'un bureau de poste. — E.PIERMONT/AFP

Sept mois après l'entrée en vigueur du nouveau statut de l'entreprise, La Poste est enfin fixée sur son sort. Le ministère des Finances et la direction générale de la Caisse des dépôts (CDC) ont annoncé ce mardi avoir finalisé leur accord sur la hausse de 2,7 milliards du capital du groupe.

Entrée de la CDC

L’Etat, jusqu’ici seul actionnaire, va injecter 1,2 milliard d'euros. La CDC va de son côté entrer au capital de La Poste à hauteur de 26,3% en échange de 1,5 milliard d'euros, selon le communiqué.

Et le groupe pourrait être récompensé s’il réalise ses objectifs. «Un complément de valorisation permettra de porter la valorisation de La Poste à 4,3 milliards d’euros en cas de pleine réalisation du plan d’affaires Ambition 2015, présenté au conseil d’administration de La Poste le 15 avril dernier et à 5 milliards d’euros en cas de surperformance».

Ambitions 2015

Le plan stratégique 2010-2015 du groupe prévoit de pallier la baisse de 30% de l'activité courrier d’ici à cinq ans par le développement de la banque et du colis ainsi qu'une réduction des effectifs. Deux départs sur trois ne seront ainsi pas remplacés.
 
Pour son développement, le groupe table notamment sur les nouvelles activités de la Banque Postale: elle s'est lancée récemment dans le crédit à la consommation et prépare une offre de crédit aux entreprises.

La Poste compte aussi gagner de nouvelles parts sur le marché du colis, qui bénéficie de l'essor du e-commerce et dans lequel elle envisage même des acquisitions, en Espagne ou en Italie. Le groupe serait enfin en pourparlers avec SFR pour proposer de la téléphonie mobile. Et revenir ainsi à l'un de ses métiers historiques.