Les vols à l'étalage augmentent en France

E.M. avec AFP

— 

Les ménages appartenant aux "classes moyennes" se sont imposés de plus en plus de restrictions ces huit dernières années malgré une hausse de leurs revenus, principalement en raison du poids plus important des dépenses incompressibles, selon une étude du Crédoc publiée mercredi.
Les ménages appartenant aux "classes moyennes" se sont imposés de plus en plus de restrictions ces huit dernières années malgré une hausse de leurs revenus, principalement en raison du poids plus important des dépenses incompressibles, selon une étude du Crédoc publiée mercredi. — Boris Horvat AFP/Archives

Les vols dans les magasins ont reculé en France entre la mi-2009 et la mi-2010, selon une étude publiée mardi. Mais si les vols de la part du personnel sont en baisse, ceux à l’étalage ont de leur côté augmenté.

4,7 milliards d’euros

Les objets subtilisés sont en général de petite taille et onéreux, notamment de marque connues. Ils ont représenté au total une valeur de près de 4,7 milliards d'euros, soit 1,36% du chiffre d'affaires des distributeurs, selon une étude du Centre de recherche dans la distribution (Center for Retail Research, basé en Angleterre), commandée par la société spécialisée dans la sécurité Checkpoint Systems.

L'année précédente, ces vols avaient atteint 4,9 milliards, soit 1,42% du chiffre d'affaires. Une contre-performance alors attribuée à la baisse des dépenses de sécurité en période de crise.

Vols à l’étalage

L’étude note cette année une diminution des vols commis par le personnel grâce à «un renforcement de la formation et à une responsabilisation». Les vols commis par les clients sont cependant en hausse de 4%), indique Cédric Brossard, directeur marketing de Checkpoint Systems France.

Les distributeurs estiment qu’ils représentent près de la moitié (47,3%) de «la démarque inconnue», la différence entre les stocks théoriques et réels, qui peuvent aussi résulter d'erreurs administratives ou des fournisseurs. Près d'un tiers de cette démarque (30,6%) est attribué aux vols commis par le personnel et 7% aux fournisseurs.

Les objets les plus volés

Au hit-parade des objets les plus volés, on retrouve toujours les vêtements en cuir, les lames de rasoir, les cosmétiques, les CD et DVD, les iPods, les consoles de jeu ou encore les produits alimentaires de prix élevé, comme la viande fraîche et les fromages.

Les «smartphones», chers et «facilement revendables», ont aussi fait leur apparition dans ce classement.

Une partie de ces vols s’explique par des clients distraits qui oublient un article dans leur panier au moment de passer à la caisse. Mais la majorité relève du «vol professionnel, avec des gens qui se rendent dans le magasin avec l'intention de voler, se renseignent au préalable», se munissent d'outils pour «essayer de déjouer les solutions antivol», précise Cédric Brossard.

Avec ces chiffres, la France s'inscrit exactement dans la moyenne mondiale: les vols ont représenté 1,36% du chiffre d'affaires des distributeurs, soit 87,50 milliards d'euros, contre 1,43% des ventes un an plus tôt, selon l'étude réalisée auprès de 1.103 grands groupes de distribution dans 42 pays.