Pénurie de carburant: le mouvement de grève commence à se faire sentir

C. F.

— 

Selon les villes et les stations-services, la situation n'est pas la même.
Selon les villes et les stations-services, la situation n'est pas la même. — S. SALOM-GOMIS / SIPA

Si le gouvernement assure depuis plusieurs jours qu’«il n'y aura pas de pénurie d'essence à la pompe», la grève contre la réforme des retraites dans les raffineries et le blocage des dépôts de carburants commencent à produire leurs effets. L’Elysée tente d’endiguer le mouvement, en faisant libérer les accès de dépôts d'hydrocarbures mais plusieurs autres sont à leur tour bloqués.

Ainsi, l'oléoduc approvisionnant en carburants les aéroports d'Orly, de Roissy, et les terminaux de Coignières (Yvelines), Orléans (Loiret) et Tours (Indre-et-Loire) ne fonctionnait plus ce vendredi matin, faute de produits pétroliers, a annoncé à l'AFP la société Trapil, qui gère le pipeline. Contactés par 20minutes.fr, Aéroports de Paris se veulent rassurants, affirmant avoir des stocks. Esso, qui assure une partie du ravitaillement, confirme également avoir de la réserve sans préciser en quelle quantité.

Une centaine de stations fermées

Du côté des stations-service, plusieurs centaines étaient en panne sèche, selon l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP). Soit «moins de 10%» des quelque 12.500 établissements français.

A Paris, la station Esso sur les Champs-Elysées a dû fermer ses portes à midi jeudi. Dans le reste du pays, ces situations se multiplient, en Champagne-Ardennes, dans la région de Pau, dans le Berry et dans les Alpes-Maritimes.

Si ces fermetures sont souvent temporaires, elles risquent de provoquer un vent de panique chez les automobilistes, qui affluent pour faire le plein. Et alimentent ainsi le problème d’approvisionnement.

Débat: Et vous, avez-vous peur de manquer de carburant? Etes-vous allé faire le plein? Les stations-service près de chez vous sont-elles fermées? Dites-le nous ci-dessous...