Ryanair ferme son unique base française à Marseille

AVIATION A partir du 11 janvier 2001...

C. F. avec AFP

— 

Un avion Ryanair sur le tarmac de l'aéroport de Marseille en novembre 2006.
Un avion Ryanair sur le tarmac de l'aéroport de Marseille en novembre 2006. — AFP PHOTO/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/FILES

C’est chose faite. Après avoir menacé de le faire à plusieurs reprises, Ryanair a confirmé ce mercredi la fermeture à partir du 11 janvier 2011 de son unique base française, à Marseille. Motif? «L’ouverture d'une procédure judiciaire» contre la compagnie aérienne low cost pour «travail dissimulé».
 
«Nous sommes très déçus de la décision des autorités françaises d'engager des poursuites contre la base de Ryanair à Marseille, qui est totalement conforme à la réglementation de l'UE pour les travailleurs mobiles des transports», a déclaré Michael O'Leary, présent à Marseille pour faire cette annonce.

Une escale

La compagnie irlandaise avait fait de Marseille sa première base française en novembre 2006, avec quatre avions basés sur le terminal low cost mp2 de l'aéroport de Marseille Provence. Si les vols continueront à décoller de la ville et à la desservir, les avions n’y feront qu’escale, comme à Beauvais ou à Nantes.

Avant la tenue d'une conférence de presse dans un hôtel de l'aéroport Marseille-Provence à Marignane (Bouches-du-Rhône), la société irlandaise a précisé dans un communiqué qu'elle transfèrerait ses avions ainsi que ses salariés dans d'autres aéroports européens.

Un décret contesté

Ce qui devrait entraîner «des pertes d'emploi pour Marseille et la France», selon Michael O'Leary. C'est «le prix fort à payer» pour démontrer que les quelque 200 salariés, selon la compagnie, sont bien sous contrat irlandais et donc assujettis à la réglementation du travail irlandais, a-t-il ajouté.
 
Ryanair conteste un décret de 2006 qui soumet les personnels des compagnies installées en France à appliquer le droit national, estimant respecter la législation européenne sur la question.