Retraites: les six raffineries Total arrêtent leur production

E.M.

— 

La raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) le 12 octobre 2010.
La raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) le 12 octobre 2010. — JS EVRARD/SIPA

Les six raffineries de Total présentes sur l’Hexagone sont entrain d’arrêter leur production, a annoncé mercredi la direction. Mais le groupe l’a assuré: il n’y a pour l’instant aucun problème d’approvisionnement des stations-service en carburant.


Afficher Les raffineries en France sur une carte plus grande

Mobilisation contre les retraites

Onze des douze raffineries françaises étaient mardi touchées par le mouvement contre les retraites.  La majorité a décidé de reconduire la grève ce mercredi et des assemblées générales sont prévues dans la journée pour voter la suite de la mobilisation.

>> Mobilisation contre la réforme des retraites, et après? Suivez les annonces de la journée en direct sur 20minutes.fr

Deux raffineries, à Donges (Loire-Atlantique) et Grandpuits (Seine-et-Marne), ont déjà entamé mardi le processus d’arrêt de la production qui doit prendre plusieurs jours. Celle de La Mède (Bouches-du-Rhône) est également concernée. En cause cette fois-ci: le blocage des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et Lavera qui empêche les livraisons.

Arrêt de la production

Et les trois autres raffineries du groupe Total sont aussi entrain d’arrêter leur production. «Nous devons en arriver aux arrêts dans la mesure où les organisations syndicales ont annoncé leur intention de poursuivre la grève au-delà de 24 heures. Cela devient incompatible avec un fonctionnement normal pour des raisons de sécurité», a déclaré un porte-parole du groupe.

«Il n'y a pas de problème d'approvisionnement en carburants, les dépôts sont pleins», a tenu à rassurer un porte-parole.

Risque de pénurie

La CGT fait cependant planer la menace d’une pénurie à court terme. Elle «est bien à l'ordre du jour dans un très proche avenir contrairement aux propos de l'Ufip (industries pétrolières) et du gouvernement», selon un communiqué de la CGT Total.

>> Faut-il craindre une pénurie de carburant ? La réponse par ici.

En début de semaine, le président de l’Ufip, Jean-Louis Schilansky , avait affirmé que la région Sud-est pourrait connaître une pénurie de carburant d’ici au 20 octobre si la grève dans les terminaux pétroliers se poursuivait. Pour le reste, «il n'y a pas de panique à avoir. Ce sont ces achats-là qui risquent de précipiter le problème», a déclaré lundi à l'AFP Jean-Louis Schilansky.

Mais déjà en Loire-Atlantique, l'annonce de l'arrêt de la production de la raffinerie de Donges a entraîné un réflexe de précaution des habitants et des ruptures de stock de certaines stations-service.