Prix Nobel d'économie: «Une révolution dans notre représentation du marché du travail et les politiques de l'emploi»

ENTRETIEN Yannick L'Horty, professeur d'économie à Paris-Est et chercheur associé au Centre d'études de l’emploi (CEE), revient pour 20minutes.fr sur les travaux de ses collègues nobélisés...

Propos recueillis par Corentin Chauvel

— 

AFP

Décerné aux Américains Peter Diamond et Dale Mortensen, ainsi qu’au Britannico-chypriote Christopher Pissarides, le prix Nobel 2010 d'économie a récompensé ce lundi un trio qui a amélioré l'analyse du marché du travail. Yannick L’Horty, professeur d’économie à Paris-Est et chercheur associé au Centre d’études de l’emploi (CEE) considère que, sans être un «mode d’emploi», les travaux de ces trois économistes ont tout simplement permis d’«expliquer le chômage».

Quelle est la valeur des travaux de ces trois économistes?
Développés depuis une trentaine d’années, leurs travaux sont extrêmement connus dans l’analyse économique du marché du travail et ce prix Nobel vient couronner un ensemble de théories qui ont eu un rôle majeur en économie. Ils ont révolutionné notre manière de nous représenter le marché du travail et les politiques de l’emploi.

Quelle est justement cette révolution?
Avant, on se représentait le chômage comme une simple file d’attente. On expliquait le nombre de chômeurs par le stock d’emplois disponibles. Diamond, Mortensen et Pissarides ont démonté qu’au contraire, le marché du travail était un organisme vivant, un lieu de rencontre dynamique entre des flux d’emplois vacants et des demandes d’emploi. Ils ont proposé un nouveau cadre de pensée, une nouvelle architecture. On a ainsi gagné en pertinence, en puissance, pour expliquer le marché du travail. Ils ont également offert de nouveaux modèles pour les politiques publiques permettant d’aborder aussi bien le chômage que les allocations et indemnisations qui y sont liées, les charges sociales, les politiques salariales ou de recrutement, etc. 

Quelle influence ces travaux ont-ils pu avoir sur les politiques économiques?
Reprises ou non, ces théories, qui sont ni de droite, ni de gauche, ont offert de nouvelles recommandations. Par exemple, elles ont montré que les intermédiaires, tels que les agences pour l’emploi, jouent un rôle majeur sur le marché du travail. La dernière réforme en France de Pôle emploi est justement cohérente avec les modèles développés par ces trois auteurs. De même, concernant les allocations chômage, Diamond, Mortensen et Pissarides expliquent qu’elles jouent un rôle important mais ambigu: si elles sont trop généreuses, l’intensité de la recherche sera moindre, tandis que la qualité de l’emploi trouvé sera supérieure.