Réformes des retraites: quand le FMI et DSK ne disent pas tout à fait la même chose

ECONOMIE L'institution a préconisé un recul de l'age de la retraite...

C. F. (avec AFP)

— 

Le mandat de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI expire en octobre 2012.
Le mandat de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI expire en octobre 2012. — B. PIOTR / ENPOL / SIPA

La double casquette de Dominique Strauss-Kahn peut parfois s’avérer embarrassante. C’est le cas sur la réforme des retraites. Le Fonds monétaire international (FMI), dont il est le directeur, a publié jeudi un rapport qui soutient qu'un recul de l'âge de la retraite est préférable à une baisse des pensions.

Le FMI affirme qu'une «hausse de deux ans de l'âge légal de la retraite suffirait à stabiliser les dépenses pour les retraites exprimé en part du PIB à son niveau 2010 sur les deux prochaines décennies».

Remerciements d’Eric Woerth

Une position qui a valu à l’ex-maire socialiste de Sarcelles et candidat potentiel à la présidentielle 2012 des remerciements d’Eric Woerth en personne. Le ministre du Travail remercié DSK de ne «pas être dans une posture idéologique» à propos des retraites.

Le PS a aussitôt dégainé, affirmant qu’Eric Woerth devait «vraiment [aller] très mal pour avoir besoin de remercier des adversaires politiques potentiels». Mais Marisol Touraine, secrétaire nationale du PS, s’est sentie obligée de préciser qu’il ne fallait pas faire «comme si par ce rapport, Dominique Strauss-Kahn avait cherché à s'immiscer dans le débat de politique nationale».

«Ne mélangeons pas tout. DSK est directeur général du FMI, il y a un rapport des services du FMI, concernant l'ensemble de la zone OCDE. Très bien. L'objectif est de relever l'âge effectif de départ à la retraite», a martelé Marisol Touraine.

Plusieurs pistes au PS

Et de poursuivre: «Il y a d'autres manières d'y arriver. Nous, nous considérons que la plus juste est de ne pas toucher à l'âge légal et d'oeuvrer pour la remise en emploi des 55-60 ans» et inciter «ceux qui n'ont pas eu des métiers difficiles à travailler plus longtemps».

DSK s'était déclaré en mai favorable à un ajustement de l'âge de la retraite en fonction de l'espérance de vie et de la pénibilité du travail, précisant qu'il n'avait pas «de dogme» de la retraite à 60 ans.

De son côté, la première secrétaire du PS, Martine Aubry veut maintenir l'age légal de la retraite à 60 ans, comme un «droit de partir» à cet âge, mais assure que les socialistes n'ont «jamais demandé la retraite à taux plein à 60 ans» pour tous, notant que «depuis des années», il était fixé à 65 ans en France.