Retraites: la CGT-cheminots appelle à une grève reconductible à la SNCF

SOCIAL Le mouvement pourrait se prolonger après la journée de mobilisation du 12 octobre...

E.M.
— 
La gare Saint-Lazare à Paris lors de la journée de grève contre les retraites du 13 septembre 2010.
La gare Saint-Lazare à Paris lors de la journée de grève contre les retraites du 13 septembre 2010. — Jacques Brinon/AP/SIPA

La CGT-cheminots proposera mercredi après-midi aux autres syndicats de la SNCF  un préavis de grève reconductible à partir du 12 octobre pour protester contre le projet de réforme des retraites, a indiqué à l'AFP son secrétaire général Didier Le Reste.

Mouvement du 12 octobre

«La fédération CGT des cheminots proposera cet après-midi aux autres fédérations le dépôt d'un préavis national de grève à partir du 12 octobre minuit, de type reconductible par périodes de 24 heures», a-t-il déclaré.

«L'idée est de contribuer à un puissant mouvement le 12 octobre», journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations, «de créer les conditions pour que les personnels se réunissent dès le 13 au matin dans des assemblées générales représentatives afin d'apprécier la situation interne à la SNCF, et externe» et de décider des suites du mouvement, a-t-il ajouté.

Syndicat majoritaire

Première force syndicale à la SNCF avec 39% des voix, la position de la CGT était très attendue par les autres organisations syndicales pour savoir quelle suite donner à la mobilisation sur les retraites.

Didier Le Reste avait expliqué lundi qu’il ne souhaitait pas que les cheminots soient les seuls à durcir le mouvement.

Il avait appelé d’autres secteurs à s’engager dans des grèves reconductibles à partir du 12 octobre, date de la quatrième journée de mobilisation contre la réforme.

Radicalisation dans les transports

Cette annonce pourrait marquer une radicalisation du mouvement dans le secteur des transports.  A la SNCF, trois autres syndicats de cheminots (FO, CFTC et CFE/CGC), minoritaires, ont déjà déposé leur préavis de grève reconductible.

Côté RATP, la CGT-RATP a déposé mardi un préavis de grève illimitée, rejoignant ainsi la CFDT, FO-RATP et SUD-RATP. FO transports et CGT transports ont enfin appelé mardi tous les salariés du secteur à se lancer dans ce type d’actions.

Réticences nationales

Mais au niveau national, les leaders syndicaux sont beaucoup plus réticents à durcir le mouvement. La CFDT ou l'Unsa refusent depuis le début une mobilisation longue et coûteuse pour les salariés.

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault a expliqué mercredi à l’AFP que c’était aux salariés, branche par branche, de décider s’ils souhaitaient ou non se lancer dans des grèves illimitées.