Procès Kerviel: comment rembourser 4,9 milliards d'euros ?

JUSTICE L'ex-trader mettrait des milliers de siècles à payer ses dommages et intérêts...

Gilles Wallon

— 

G. Fuentes/Reuters

S’il y consacrait la totalité de son salaire actuel (2.300 euros par mois), Jérôme Kerviel mettrait 177.536 ans à rembourser les 4,9 milliards d’euros qu’il doit désormais à la Société Générale. Or, si le jugement est confirmé en appel, et qu’il passe trois années en prison, l’ex-trader pourrait avoir du mal à retrouver à sa sortie un emploi aussi bien rémunéré que son poste actuel de consultant informatique. Avec un emploi payé au Smic, il mettrait alors 304.405 années à rembourser sa banque.

Mais Jérôme Kerviel «ne remboursera pas un centime, évidemment », éclaire Emmanuel Ludot, avocat au barreau de Reims contacté par 20 Minutes. «Jérôme Kerviel ira au tribunal d’instance, il va se déclarer dans l’incapacité de payer sa dette, et le juge le mettra en situation de rétablissement personnel. C’est tout. Jérôme Kerviel paiera zéro euro à la Société Générale.»

Moins d’impôts pour la SG

La banque a déjà reconnu que son ex-employé ne pourrait pas la payer. Alors pourquoi réclamer une telle somme? Et pourquoi le juge Dominique Pauthe l’a-t-il finalement accordée? C’est d’abord une mesure symbolique, une «preuve» que la banque est, aux yeux de la justice, totalement innocente dans l’affaire Kerviel.

C’est ensuite une mesure fiscale. Si le Tribunal de Paris avait retenu une responsabilité de la banque, elle aurait été contrainte à rembourser 1,5 milliard d’euros à l’administration fiscale, au titre de cette perte. Grâce au jugement, «la banque va pouvoir inscrire ces 4,9 milliards perdus comme des pertes comptables exceptionnelles», poursuit Emmanuel Ludot. «Elle va pouvoir diminuer ses bénéfices annuels.» Et donc payer moins d’impôts.