Il faut sauver le soldat TGV

TRANSPORT Barbara Dalibard, la directrice de la branche voyages, a présenté quelques pistes pour relancer l'activité du TGV.

Mickaël Bosredon

— 

Barbara Dalibard, directrice Voyages de la SNCF
Barbara Dalibard, directrice Voyages de la SNCF — S. Pouzet/ 20 MINUTES

Vers du TGV low cost? L’idée avait été lancée cet été par Guillaume Pepy. Pas de neuf pour l’instant, mais la patronne de la branche Voyages a annoncé ce week-end que le test du train de nuit circulant de jour, réalisé cet été entre Paris et Toulouse, «a été un succès» avec + 7% de voyageurs sur la liaison par rapport à l’été 2009. «Certaines personnes sont prêtes à passer sept heures dans un train, plutôt que dans leur voiture, à condition que les tarifs soient attractifs.» Le voyage était proposé entre 13 et 30 euros. D’autres destinations à 7 heures de Paris pourraient être bientôt concernées. «Il y a un marché du low-cost, dans certaines conditions», assure Barbara Dalibard.

Développer le numérique. Le wi-fi arrive enfin sur le TGV. La SNCF a annoncé qu’un test grandeur nature sera réalisé sur le TGV Est à compter du 26 novembre. Il s’agira d’une connexion par satellite permettant de rester connecté «même dans les zones d’ombre, sauf sous les tunnels». Ce qui devrait apporter de la complémentarité aux utilisateurs de la 3G. Plusieurs bouquets seront proposés aux clients: un premier, gratuit, permettra de recevoir sa messagerie et offrira de l’information (essentiellement trafic), les autres, payant, mettront à disposition des téléchargements de films, de jeux, ainsi que des cours de cuisine ou autres. Les tarifs n’ont pas encore été communiqués.

Une meilleure visibilité des tarifs. Le calendrier des prix, nouveau dispositif accessible sur sncf-voyages, permet d’avoir connaissance du meilleur prix sur une destination sur une période d’un mois. «Un client sur dix l’utilise pour l’instant, et cela lui a permis de réaliser une économie de 13% en moyenne.» Le nombre de billets sur Internet a progressé de 20% en un an, et représente désormais 35% des ventes totales.

Améliorer le service. L’entreprise met en place SNCF Assistance, un dispositif qui permet au personnel, en cas de problème sur un train, de déterminer «en moins de trente minutes si la difficulté sera résolue rapidement ou va durer plus de deux heures, et de déclencher les solutions adéquates: ravitaillement, mobilisation de cars pour assurer les correspondances...» Par ailleurs la SNCF testera début 2011 une voiture entièrement dédiée à la clientèle professionnelle, sur le TGV Est. «Boisson rafraîchissante, journaux, réservation de taxis... seront proposés gratuitement à cette clientèle.» En clair ce que la DB offre déjà dans son ICE... «Nous envisageons de proposer ce type de services sur sept autres lignes par la suite.»