Otages au Niger: Françoise Rudetzki «révoltée»

AFP

— 

Françoise Rudetzki, présidente de SOS attentats, se dit «révoltée» par l'absence de protection des Français expatriés dans des zones dangereuses, jugeant que l'Etat doit «imposer aux entreprises» de tout faire pour leur sécurité.

Interrogée par le JDD sur les Français otages à l'étranger - dont les cinq enlevés au Niger - la présidente de l'association de défense des victimes d'attentats s'insurge: «Je suis révoltée. Les bombes n'ont plus frappé le sol français depuis 1996, mais les attaques terroristes contre des Français n'ont jamais cessé. Près de 1,5 million de nos compatriotes vivent à l'étranger où leur sécurité n'est pas assurée».