France Télécom est plus à l'écoute

SOCIAL Le DRH du groupe a présenté mardi 21 septembre une centaine de mesures...

Delphine Bancaud

— 

Neuf cents millions d'euros seront investis sur trois ans pour améliorer le climat interne.
Neuf cents millions d'euros seront investis sur trois ans pour améliorer le climat interne. — ZEPPELIN / SIPA

«Ne résumons pas la dynamique de France Télécom aux drames qu'elle a connus», a martelé hier Bruno Mettling, le DRH du groupe. Bien décidé à redorer l'image de l'entreprise, il a présenté son «nouveau contrat social» destiné à améliorer le climat interne via une centaine de mesures concrètes.

«L'effort est important», a souligné le DRH, car 900 millions d'euros seront investis sur trois ans pour financer ce plan d'actions. Parmi celles-ci: le recrutement de 10.000 personnes sur trois ans, le déploiement de 187 nouveaux managers RH de proximité, un système d'augmentation plus motivant, le développement du télétravail, une révision des objectifs individuels à la baisse en tenant compte des moyens pour les atteindre…

Des engagements forts

La prévention des risques psychosociaux est aussi au cœur du dispositif, 7.000 managers ayant été formés à cette thématique. Le groupe s'est aussi doté d'onze espaces d'écoute (animés par des psychologues, médecins et assistants sociaux) que les salariés en proie à des difficultés peuvent solliciter.

Par ailleurs, 30% de la rémunération de 700 top managers dépendra dès cette année de leur performance sociale.

Ce «nouveau contrat social» a été plutôt bien accueilli par les syndicats du groupe, qui attendent désormais sa déclinaison sur le terrain. Une prudence partagée par Bruno Dhiel, auteur d'Orange: le déchirement.

«Les choses vont dans le bon sens, mais il faudra faire preuve de patience pour que la situation s'améliore, assure-t-il. Car la reconstruction d'un modèle managérial peut prendre dix ans et l'humain ne répond pas à la communication de manière instantanée.»