Les dépressions et suicides coûtent cher au Japon

ECONOMIE Ils ont représenté 25 milliards d'euros l'année dernière selon le gouvernement...

E.M. avec AFP

— 

Le drapeau du Japon.
Le drapeau du Japon. — SIMMONS BEN/SIPA

Les dépressions et suicides ont coûté 25 milliards d'euros au Japon l’année dernière, selon une étude gouvernementale inédite publiée ce mardi. Un chiffre qui s’explique par le manque à gagner pour l'économie japonaise, ajouté au prix des diverses allocations et coûts médicaux.

Sur cette somme, 1.900 milliards de yens (17,7 milliards d’euros) sont des salaires et revenus qui n'ont pu être versés en raison du suicide de leurs bénéficiaires et donc qui n’ont pas pu être réinjectés dans l'économie, selon l’étude.

25 suicides pour 100.000 habitants

Le taux de suicide au Japon dépasse 25 pour 100.000 habitants, soit presque le double de la moyenne mondiale, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le pays connaît une nette poussée suicidaire depuis le milieu des années 90.

Le Premier ministre de centre-gauche Naoto Kan considère que ce taux élevé prouve le mal être du pays. «Il y a de nombreuses causes au suicides. S'y attaquer pourrait aider à construire une société avec moins de souffrance», a-t-il déclaré ce mardi.

Parmi les causes du phénomène, les spécialistes évoquent les conséquences des difficultés économiques connues depuis les années 90, la fin du modèle social japonais protecteur et l'effritement des liens familiaux. Le tout sur un fond de culture bouddhiste où le suicide n'est pas stigmatisé.