Le chômage aux Etats-Unis moins mauvais que prévu

ECONOMIE Mais la situation de l'emploi reste très difficile...

E.M. AFP

— 

Barack Obama lors de son dicsours à la nation depuis la Maison Blanche à Washington le 31 août 2010.
Barack Obama lors de son dicsours à la nation depuis la Maison Blanche à Washington le 31 août 2010. — Susan Walsh/AP/SIPA

Les nouvelles sur le front du chômage sont moins mauvaises que prévues outre-Atlantique.

54.000 emplois détruits

L'économie américaine a détruit 54.000 emplois de plus qu'elle n'en a créés le mois dernier, selon le rapport mensuel sur l'emploi publié vendredi par le département du Commerce à Washington. Mais les analystes tablaient sur 120.000 destructions le mois dernier.

Le taux de chômage est cependant remonté d'un dixième de point, à 9,6%, son plus haut niveau depuis le mois de mai.

Secteur privé

Le rapport du ministère montre que le secteur privé a créé 67.000 emplois nets en août, soit plus que ne le prévoyaient les analystes (44.000).

Comme pour juillet, les destructions d'emplois à l'échelle du pays s’expliquent avant tout par la fin des contrats des personnes embauchées temporairement par l'Etat pour le recensement décennal. Ce phénomène a encore touché 114.000 personnes en août, selon le ministère.

Ce dernier a aussi fortement revu à la baisse les chiffres de juillet. Le nombre des destructions nettes d'emplois dans le pays a été divisé par plus de deux, à 54.000, du fait d'une révision en hausse des créations d'emplois du secteur privé.

Situation difficile

Mais la situation reste très difficile outre-Atlantique.

>> Pourquoi la reprise américaine bat-elle de l’aile? La réponse sur 20minutes.fr en cliquant ici. 

Même si le rapport est moins mauvais que prévu dans sa globalité, il traduit un net ralentissement des embauches dans le privé. Le gouvernement, les économistes et les investisseurs attendent pourtant de voir ce secteur prendre le relais de l'Etat pour faire repartir l'économie.

«Ce sont des nouvelles positives. Elles reflètent les mesures que nous avons prises pour lutter contre la récession, mais ce n'est pas encore assez», a ainsi déclaré vendredi le président Barack Obama lors d'une allocution dans la roseraie de la Maison Blanche.