L'Etat va investir plus de 15 milliards d'euros dans des éoliennes en mer

ÉNERGIE lusieurs centaines d'éoliennes devraient voir le jour d'ici à 2020...

E.M avec AFP

— 

Eoliennes en mer au Danemark en 2009.
Eoliennes en mer au Danemark en 2009. — ANGOT/SIPA

Pas moins de 600 éoliennes vont bientôt être construites au large des côtes françaises. Le gouvernement va lancer un appel d'offres en septembre prochain pour un investissement de 10 milliards d'euros, a indiqué ce mardi le ministère de l'Ecologie et de l'Energie.

6.000 mégawatts d’ici à 2020

Cette première série d'appels d'offres vise l'implantation de 3.000 mégawatts (MW) de capacité de production d'électricité éolienne dans une dizaine de zones maritimes appropriées.

Et le gouvernement ne compte pas s’arrêter là. A l'horizon 2020, il entend doubler la puissance totale de l'énergie éolienne en mer à 6.000 mégawatts alors qu’elle aujourd'hui inexistante.

En tablant sur des réductions de coûts potentielles d'ici à dix ans, le programme total de construction d'éoliennes offshore représente un investissement «de 15 à 20 milliards d'euros», a précisé le ministère à l’AFP.

Industrie locale

Les zones retenues pour la construction de parcs éoliens devraient se situer dans la Manche et la Mer du nord, au nord de la Bretagne, au large des Pays-de-la-Loire et de la région Languedoc-Roussillon.

Mais les premières éoliennes ne seront pas installées avant 2015. Le gouvernement souhaite laisser le temps aux candidats à l'appel d'offre d'élaborer un projet qui prévoit le développement d'un tissu industriel local et la création de centaines d’emplois.

Car les éoliennes installées en France sont actuellement importées de l'étranger.

«Rattraper notre retard»

«Pendant longtemps, l'Etat et les responsables politiques n'ont pas cru au développement de l'éolien, ils pensaient que c'était une industrie-gadget», a indiqué à l'AFP Jean-Philippe Roudil, délégué général du syndicat des énergies renouvelables (SER).

Pour lui, «aujourd'hui, il s'agit de rattraper notre retard, c'est possible, d'autres pays l'ont fait».

Opposition locale

L’Etat risque cependant de faire face à une forte opposition des populations locales. Beaucoup craignent de voir leurs cotes défigurées par des éoliennes à quelques kilomètres du rivage.

Le secteur de la pêche craint aussi que ces installations en mer ne perturbent leur activité économique ou l’écosystème marin.